Antoine Duchesne pourrait devenir le premier cycliste québécois à prendre part aux trois grands tours. Après le Tour de France (2016) et la Vuelta (2015 et 2018), il est pressenti pour participer au Giro le mois prochain.

Simon Drouin Simon Drouin
La Presse

Le champion canadien en titre est l’un des deux candidats à la huitième et dernière place à pourvoir dans l’effectif de l’équipe française Groupama-FDJ. Miles Scotson, champion australien en 2017, est l’autre coureur en lice pour le 102e Tour d’Italie, dont le départ sera donné le 11 mai à Bologne.

« Je me prépare à toutes les éventualités », a indiqué Duchesne, de retour à Montréal depuis la semaine dernière après sa 36e place à Paris-Camembert.

« À l’origine, je devais faire le Giro, mais il y a eu des changements au programme et je devais me concentrer sur autre chose. Finalement, [mon coéquipier] Anthony Roux a annoncé qu’il ne le ferait pas parce qu’il n’arrive pas à trouver la forme et la santé cette année. »

Groupama-FDJ sera articulée autour de son sprinteur vedette Arnaud Démare, qui a ciblé le Giro cette année plutôt qu’un Tour de France qu’il juge trop montagneux. Jacopo Guarnieri, Ignatas Konovalovas, Tobias Ludvigsson, Olivier Le Gac, Valentin Madouas et Ramon Sinkeldam sont également confirmés. La formation doit faire connaître le nom du huitième partant dans les prochains jours.

« Je ne pense pas que je m’enligne pour le faire, a précisé Duchesne. Quand je suis revenu ici, je savais cependant que je pouvais être le remplaçant. Je gardais ça en tête. D’une manière ou d’une autre, tout le monde qui fait le Giro est en coupure en ce moment, à part Madouas [8e à l’Amstel Gold Race dimanche]. »

« Je recommençais à m’entraîner aujourd’hui [hier]. Mon programme est tel que si je fais le Giro, je serai préparé en conséquence. »

Dans tous les cas, le cycliste de 27 ans retournera en Europe le 6 mai. S’il ne met pas le cap sur l’Italie, il s’alignera aux 4 Jours de Dunkerque, du 14 au 19 mai. Pour le reste, Duchesne refuse de voir plus loin et s’en remet aux décisions de son équipe.

Houle au Tour de France ?

Si Duchesne n’est pas choisi pour le Giro, son ami Hugo Houle pourrait bien devenir le premier Québécois à poser ses roues sur les trois grands tours. Après le Giro (2015 et 2016) et la Vuelta (2017), le cycliste de Sainte-Perpétue est un sérieux candidat chez Astana en vue du prochain Tour de France.

Qui sait s’il ne pourra pas souligner l’exploit avec Duchesne ? De la façon dont Groupama-FDJ utilise son polyvalent Québécois depuis le début de la saison, il n’est pas interdit de croire à une deuxième participation.

À la fin de mars, plutôt que de s’aligner à la traditionnelle campagne des Flandriennes, Duchesne a accompagné le grimpeur Thibaut Pinot au Tour de Catalogne. Les deux hommes ont développé une complicité l’an dernier aux Tours de Pologne et d’Espagne. Après avoir flirté avec le podium au Giro en 2018, le vainqueur du Tour de Lombardie mise tout sur le Tour de France cette année.

Malade durant les premières étapes en Catalogne, Duchesne n’a pas été à son mieux par la suite au Tour des Flandres (100e). Il a préféré passer son tour la semaine suivante pour Paris-Roubaix, course mythique qu’il n’avait jamais ratée depuis ses débuts en Europe en 2014.

« C’est l’une des courses les plus dures, ce n’est pas idéal d’aller là un peu à reculons, a-t-il indiqué. J’ai fait Paris-Camembert. On a roulé devant toute la journée, et ç’a très bien été. »

Deux Canadiens ont pris part au Giro l’an dernier : Michael Woods et Guillaume Boivin. Le médaillé de bronze des derniers Mondiaux d’Innsbruck a déjà fait connaître son intention de se concentrer sur le Tour cette année. Israel Cycling Academy, l’équipe de Boivin, est encore invitée, mais le Québécois n’a pas communiqué sur le sujet pour le moment.

Un avion de chasse nommé MVDP

Antoine Duchesne et Hugo Houle roulaient ensemble durant le Tour des Flandres lorsqu’ils ont vu passer un « avion de chasse » au sommet du Vieux Quaremont. Ses initiales : MVDP, pour Mathieu van der Poel, le nouvel homme de l’heure sur la planète cycliste. « C’est assez impressionnant, c’est un prodige. Il se destine à être un nouveau Sagan », a louangé Duchesne en faisant référence à l’ancien triple champion mondial. Quatrième aux Flandres, malgré une chute qui l’a obligé à chasser seul sur quelques dizaines de kilomètres, le Néerlandais a marqué les esprits à l’Amstel Gold Race disputée dimanche dans son pays. Le double champion mondial de cyclocross a surgi de nulle part en fin d’épreuve pour souffler la victoire qui semblait promise au Français Julian Alaphilippe, irrésistible depuis le début de la saison. Compté pour battu après une attaque vaine à 43 km de l’arrivée, van der Poel a fait tout le travail pour revenir sur la tête de course à 100 m du fil. Aucun de ceux qui s’accrochaient à sa roue n’a pu le déborder…