Patrick Carpentier est confiant de pouvoir aligner sa voiture sur la grille de départ, dimanche, pour l'Auto Club 500.

Stéphanie Morin
Stéphanie Morin LA PRESSE

Certes, il doit encore dégoter une des sept places disponibles sur cette grille pour la vingtaine de pilotes non qualifiés. Et c'est loin d'être dans la poche. Toutefois, malgré sa crevaison en qualification, ses performances de la semaine dernière lui donnent de quoi espérer.

«À Daytona, on a souvent roulé dans le Top 10. Notre performance a été très encourageante et on n'avait aucun contrôle sur ce qui s'est passé. Les commanditaires, dont Valvoline, étaient très contents. Les gars de l'écurie aussi.»

Il ne risque pas de souffrir du même problème cet après-midi. Les pneus s'usent moins vite dans une qualification qui ne dure que deux tours. «On revient à la formule normale de qualification, celle utilisée pour toute la saison. Ça va être une bonne jauge pour nous, pour voir où nous en sommes»

Carpentier ne se fait toutefois pas d'illusion: il sait que le championnat est relevé et que les pilotes non qualifiés ne sont pas tous des chaudrons. «Il y a sans doute certaines courses où je ne me qualifierai pas. Pour éviter de m'en faire pour rien, j'ai décidé de me concentrer sur le procédé, sur ma façon de me qualifier. Ça m'évite d'avoir un stress de plus.Un luxe que lui permet son volant assuré et dont il serait fou de se passer

Le pilote de Joliette connaît bien le circuit de Fontana, pour y avoir roulé en Champ Car, puis en IRL. «Ça ne change absolument rien. Le pilotage est tellement différent en NASCAR. On a fait des essais ici cet hiver et c'était comme si je débarquais sur un tout nouveau circuit. Il n'y avait aucun repère qui tenait. D'ailleurs, on avait eu de la misère pendant ces essais, mais on roulait avec un moteur pas très puissant. Notre moteur est pas mal meilleur maintenant. Ça devrait nous aider»

Pour se préparer mentalement à cette deuxième course de la saison, Carpentier a passé une semaine en famille, chez lui, à Vegas. «Je me suis entraîné, je suis resté avec les enfants. J'ai aussi fait de l'électricité dans ma maison»

Non, la vie de pilote de NASCAR n'est pas aussi glamour qu'on voudrait le croire!