La 97e édition des 500 miles d'Indianapolis, qui aura lieu dimanche sur le célèbre circuit ovale de la capitale de l'Indiana, s'annonce très ouverte cette année avec seulement quatre anciens vainqueurs au départ.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Parmi ce quatuor, un seul, Helio Castroneves, figure parmi les quinze premiers sur la grille de départ, les trois autres (Dario Franchitti, Scott Dixon et Buddy Lazier) étant eux relégués bien plus loin pour cette épreuve, l'une des plus célèbres courses automobiles du monde, dont la légende a commencé en 1911.

Les moteurs Chevrolet ont dominé les qualifications, avec les dix premières places sur la ligne, mais l'endurance du moteur Honda pourrait être importante sur les 200 tours de l'Indianapolis Motor Speedway, long de 4 km.

L'Américain Ed Carpenter n'avait pas le profil d'un favori avant de décrocher la pole position le week-end dernier, et ne l'a toujours pas depuis, même s'il a signé la «pole» la plus rapide depuis sept ans (366,019 km/h).

Carpenter, dont ce sera la 10e particpation, n'a en effet terminé qu'une fois dans le Top 10 à Indianapolis et n'a pas un pedigree particulièrement impressionnant en IndyCar (2 victoires en 132 courses depuis 2003).

Difficile aussi d'attendre monts et merveilles du Colombien de 21 ans Carlos Munoz, qui sera à droite de Carpenter sur la ligne de départ, car «Indy» sera sa première course dans l'élite de l'IndyCar après un excellent début de saison dans la série de réserve (Indy Lights). La dernière recrue à avoir gagné sur le fameux «Brickyard» est le Brésilien Castroneves en 2001.

Andretti pour rompre la malédiction

Le CV de Marco Andretti, qui partira de l'extérieur de la première ligne, semble un peu plus épais avec ses trois podiums à Indianapolis, mais sa prestigieuse famille semble maudite ici, avec une seule victoire (Mario en 1969).

Le père de Marco, Michael, son oncle Jeff et un autre membre de la famille, John, se sont toujours cassé les dents dans l'Indiana. Marco, 2e de l'édition en 2006 à seulement 063/1000 de son compatriote Sam Hornish, avait mené la course pendant 59 tours l'an dernier avant un accident à 13 tours de la fin...

Sur la deuxième ligne, le Vénézuélien EJ Viso n'a jamais gagné un Grand Prix d'IndyCar et la recrue américaine AJ Allmendinger n'a, lui, couru que deux Grand Prix. À leurs côtés, l'Australien Will Power fait figure de poids lourd avec ses 18 victoires dans la série, mais Indianapolis lui échappe toujours.

L'Américain Ryan Hunter-Reay, champion en titre d'IndyCar, partira de la 3e ligne alors que le Japonais Takuma Sato, leader du Championnat, sera en 6e.

De sa 17e position, l'Écossais Franchitti pourrait avoir du mal à devenir le premier à conserver son titre depuis Castroneves en 2002.

Le Brésilien, qui partira en 8e position, et l'Écossais sont en quête d'une quatrième victoire à Indianapolis, qui leur permettrait d'égaler le record des Américains AJ Foyt, Al Unser et Rick Mears.

Autres pilotes à surveiller: le Néo-Zélandais Dixon, qui compte une victoire à son palmarès (2008), comme l'Américain Lazier, 45 ans (1996).

Quatre femmes -la Suissesse Simona de Silvestro (24e position), la Brésilienne Ana Beatriz (29e) et les Britanniques Pippa Mann (30e) et Katherine Legge (33e)- seront au départ de l'épreuve, égalant le record établi en 2010 et 2011, avant le départ pour la Nascar de l'Américaine Danica Patrick.