Mikaël Grenier a réussi sa première course en Indy Lights. Parti en fond de grille, 16e et dernier, le jeune coureur automobile de Stoneham a fait preuve à la fois de témérité, avec un premier tour canon, puis de patience pour finir septième de l'épreuve de St. Petersburg, en Floride.

Mis à jour le 30 mars 2011
Olivier Bossé
Olivier Bossé LE SOLEIL

Après un samedi d'horreur où il n'a même pas pris part aux qualifications, à cause d'un problème de freins «hors de son contrôle» qui l'a expédié dans le mur, Grenier s'attendait à un dimanche difficile. «Je savais que ce ne serait pas super de partir dernier, surtout que c'était ma première course dans cette série et que je n'avais presque pas roulé encore», a expliqué le pilote de 18 ans, hier après-midi, au terme de la compétition.

La chaleur, plus de 30 °C, et la durée de l'épreuve, près d'une heure, la plus longue de sa carrière, auraient aussi pu influencer ses performances. «Mais j'ai eu mes meilleurs temps en fin de course, ce qui montre que j'allais encore bien», a dit Grenier. C'est toutefois au départ que le bolide numéro 63 a marqué le plus de points, dépassant cinq adversaires dès le premier tour du circuit routier de 2,9 km aménagé à l'aide de 14 virages dans les rues de St. Petersburg.

Dépassements et accidents

Deux autres dépassements et deux accidents lui ont finalement permis de se hisser dans la première moitié du classement au terme des 45 tours conclus en 56 min 18,4372 s. C'est plus de sept secondes derrière le vainqueur, l'Américain Josef Newgarden. Coéquipier de Newgarden dans l'écurie Sam Schmidt et champion de la série Star Mazda l'an dernier, où courait aussi Grenier, l'Américain Conor Daly a terminé deuxième. Le pilote nord-irlandais Perter Dempsey, partenaire de Grenier chez O2 Racing Technology, est troisième.

«J'ai fait les mêmes temps que Dempsey durant toute la course, alors je savais que j'étais rapide. Et après la dernière relance [au 44e tour], j'aurais pu passer cinquième ou même quatrième, mais j'ai été poussé à l'extérieur et je ne voulais pas prendre trop de risques», a conclu le seul Québécois en piste.

Il rentre maintenant à Québec pour se remettre à l'entraînement physique et tenter de boucler son budget de quelque 900 000 $ pour la saison. Il repartira ensuite pour Birmingham, dans l'Alabama, où se déroulera la deuxième des 13 étapes au calendrier Indy Lights, au Barber Motorsports Park, le 10 avril.