Bourdais estime que son rival l'aurait bloqué à deux reprises alors qu'il tentait un dépassement à ses dépens, en plus de jouer du coude à une occasion dans les stands.

Marc Delbès

Bourdais estime que son rival l'aurait bloqué à deux reprises alors qu'il tentait un dépassement à ses dépens, en plus de jouer du coude à une occasion dans les stands.

«Quand il m'a doublé, tout s'est fait proprement et, cinq tours plus tard, c'est moi qui roulait plus vite. Quand j'ai tenté de passer, il a fermé la porte deux fois, me tassant dans l'herbe, a marleté le Français.

«Il sait exactement ce qu'il a fait car, en sortant de la voiture, avec un petit sourire, il m'a dit, «tu devrais voir ce qui se fait en Formule 1. Ca signifie qu'il a agi délibérément. Un tel comportement est vraiment dommage. Le pire de tout, c'est qu'il aurait probablement gagné quand même car il était plus rapide en fin de course. C'est ça qui est décevant. Il a sans doute privé le public de deux dépassements, ce que les amateurs viennent voir.»

Questionné sur les critiques de Bourdais, Doornbos a d'abord tenté de calmer le jeu avant d'alimenter la controverse.

«D'abord, j'aimerais remercier Sébastien pour ses compliments. Il m'a félicité pour ma victoire. Je suis pleinement convaincu que je mérite cette victoire. Pour ce qui est arrivé en piste, je sais que les mentalités sont différentes en Amérique. En Europe, et surtout en Formule 1, on se bat en piste.

«Alors quand on bataille pour la victoire comme c'était le cas aujourd'hui, il faut penser à soi d'abord. On lutte pour garder sa position. Je sais qu'en Champ Car, il faut respecter les règlements. Je l'ai appris à mes dépens la semaine dernière à Cleveland où le directeur de course m'a imposé une pénalité qui a saboté ma course» s'est-il d'abord défendu, avant d'ajouter plus incisif.

«Si Sébastien croit qu'il aurait pu me dépasser, il n'avait qu'à le faire. Je crois que j'étais plus rapide.»

Un commentaire qui a provoqué une réplique immédiate de Bourdais.

«Si tu ne m'avais pas tassé dans le gazon, j'y serais sans doute parvenu.»

La tension était alors à son comble en salle d'entrevue.

Bourdais en a ensuite remis lorsque les journalistes, qui n'avaient pas vu les scènes en question, lui ont demandé plus d'explications. Il a précisé que le premier incident s'est produit au virage no 8 et, deux tours plus tard, au virage no 10.

«Apparemment, son expérience de la F1 a joué. Il avait la voiture la plus rapide et il a fait du bon travail. C'est juste dommage qu'un bon pilote agisse de cette façon. Il a agi de manière dangereuse. Personnellement, je tente d'être honnête. Les règlements sont les mêmes pour tout le monde en Champ Car et c'est tout.»