Son président Daniel Lamarre a indiqué mercredi que contrairement au super party élitiste de son fondateur Guy Laliberté dans le cadre du Grand Prix du Canada, l'implication du Cirque visera cette fois le grand public.

Guy Robillard

Son président Daniel Lamarre a indiqué mercredi que contrairement au super party élitiste de son fondateur Guy Laliberté dans le cadre du Grand Prix du Canada, l'implication du Cirque visera cette fois le grand public.

Quant à la formule qui sera retenue par le directeur de la création Jean-François Bouchard, tout est sur la table. Mais «on veut développer un nouveau concept de week-end qui, je l'espère, aura des retombées un peu partout à travers le monde». Rien de moins, a fait savoir M. Lamarre, qui a aussi parlé d'un «happening».

«On nous a demandé de regarder tout ce qui peut être fait à l'extérieur de la course elle-même», a indiqué M. Lamarre, selon qui le Cirque du Soleil «a de plus en plus d'affinités avec des événements sportifs, on l'a vu au Super Bowl».

«Nous avons une division d'événements spéciaux, pas très connue, mais qui obtient une renommée grandissante», a-t-il poursuivi en présentant cette implication au Mont-Tremblant comme un «laboratoire».

Comme exemples de réalisations récentes mais peu connues, M. Lamarre a rappelé le spectacle du lancement de la nouvelle McLaren de Formule 1. Ce spectacle du Cirque du Soleil a attiré 200 000 personnes à Valence en Espagne, a-t-il dit.

À Rome, pas plus tard que la semaine dernière, c'est encore le Cirque qui a produit le spectacle du lancement de la nouvelle Fiat, qui aurait cette fois attiré plus de 50 000 personnes cinq soirs de suite.

Le cas de Mont-Tremblant est un peu différent, a spécifié M. Lamarre, parce qu'il a une dimension locale, québécoise, et qu'il se sera réalisé entre «amis».

M. Lamarre a parlé de l'union de plusieurs «forces».

«Lawrence Stroll (le propriétaire qui a remis le circuit à neuf) est un des plus grands promoteurs de ski en Amérique du Nord, Guy Laliberté, on le sait, a toujours été un amateur de sport automobile et Normand Legault est un des acteurs les plus réputés en Formule 1», a-t-il dit.

M. Lamarre a rappelé que le party de Guy Laliberté à l'occasion du Grand Prix de Montréal a constitué «un laboratoire extraordinaire pour le Cirque du Soleil».

«C'est à cette occasion, a-t-il poursuivi, qu'ont eu lieu les premières discussions avec George Harrison en vue du spectacle des Beatles à Las Vegas et aussi les premier pourparlers avec McLaren.

«Ce laboratoire continue à progresser et c'est ce qui nous a amenés à collaborer avec Champ Car et le circuit Mont-Tremblant.»

«Ça n'arrive pas très souvent qu'on a la chance de s'associer à une des plus grandes marques de commerce au monde», a déclaré Paul Gentilozzi, copropriétaire de la série Champ Car, qui assistait à la conférence de presse en compagnie de M. Lamarre, du promoteur de l'événement Normand Legault et de Vincent Loughram, vice-président directeur du circuit Mont-Tremblant.

La course elle-même sera présentée le dimanche 1er juillet et marquera le retour des grands événements sur ce circuit mythique du Québec.