Felipe Massa, qui a laissé passer son coéquipier chez Ferrari Fernando Alonso au dernier Grand Prix d'Allemagne, a affirmé jeudi à Budapest qu'il ne courrait plus en Formule 1 s'il devait dire «Je suis le pilote numéro 2».

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Je me battrai pour la  victoire ici, quelles que soient les conditions. Ce week-end ? Je gagnerai !», a martelé Massa, expliquant qu'il ne travaillait pas pour Alonso mais «pour l'équipe».

«On se rappelle très bien ce qui s'est passé en 2007 et en 2008 (Hamilton et Alonso ont perdu le Championnat pour un point en 2007, tout comme lui en 2008). Je ne vais pas chercher tous les points. Si l'équipe a vraiment une chance de gagner le Championnat, je veux le meilleur pour elle», a-t-il déclaré.

«J'ai parlé à tout le monde dans l'écurie. Je ne suis pas ici seulement pour courir mais pour gagner. C'est mon objectif. Tant que je suis en position de vaincre, je dois aller jusqu'au bout. Mais si les conditions sont différentes... Je souhaite le meilleur pour l'équipe», a assuré le Brésilien.

«Je suis professionnel. Tout le monde devrait comprendre mon point de vue», a soufflé Massa, très critiqué au Brésil depuis le dernier Grand Prix.

«Parfois, on vit des moments difficiles. Mais on apprend toujours. Il faut être toujours plus fort dans la vie. Là je suis très fort et je veux gagner» le Grand Prix de Hongrie, a affirmé le pilote Ferrari, qui dit «regarder devant, pas derrière».

Felipe Massa a toutefois refusé d'admettre qu'il était désormais le second pilote de la Scuderia, derrière Alonso. «Quand je dirai "Je suis le pilote numéro 2", j'arrêterai. Donc je ne le suis pas», a-t-il lancé.