Lewis Hamilton et Jenson Button ont mené leurs McLaren à un spectaculaire doublé, dimanche dans le Grand Prix du Canada disputé à guichets fermés sur le circuit Gilles-Villeneuve.

Michel Marois
Michel Marois LA PRESSE

L'équipe britannique s'est imposée en adoptant une stratégie brillante qui lui a permis de battre les Red Bull, favorites de la course. Hamilton a profité d'un dernier arrêt de l'Australien Mark Webber, à 20 tours de l'arrivée, pour prendre la tête et résister d'abord à Fernando Alonso, puis à son coéquipier Jenson Button. 

«C'est le couronnement d'un week-end fantastique, a noté le populaire pilote anglais. J'avais remporté ma première victoire ici en 2007 et j'adore Montréal. Nous avons définitivement pris l'ascendant sur les Red Bull et les autres équipes aujourd'hui et nous devrons garder ce momentum.»

Les trois premiers avaient choisi de prendre le départ avec des pneus tendres, au contraire des Red Bull. Forcés de s'arrêter très tôt, pour mettre des pneus durs, ils ont profité d'un arrêt pratiquement aussi hâtif de leurs rivaux pour combler une partie de leur retard. Quand Webber, le meneur du Championnat avant le GP du Canada, a vu son deuxième train de pneus se dégrader rapidement à la fin de son deuxième relais, Hamilton, Alonso et Button sont passés à l'avant.

Webber et son coéquipier Sebastian Vettel n'ont jamais pu revenir et se sont contentés des quatrième et cinquième places, bien loin de leurs objectifs.

«C'était difficile de bien juger cette course, a reconnu Hamilton. Il fallait ménager nos pneus, tout en nous défendant contre les pilotes qui roulaient avec nous, tout ça à travers les concurrents plus lents qui ne nous laissaient aucune chance. C'est sûrement une de mes meilleures courses de la saison.»

Hamilton prend ainsi la tête du Championnat du monde avec 109 points, devant Button (106) et Webber (103). Les McLaren en profitent pour accroitre leur avance au Championnat des constructeurs.

 

La patience de Button

 

Jenson Button a été remarquablement patient. «La course a été très intéressante, a-t-il noté. Il fallait rester en contact avec les meneurs, faire attention aux pneus, à la voiture. La deuxième place me satisfait pleinement dans ces conditions. L'équipe a accompli un travail extraordinaire.

«Lewis a été remarquable, ajouté l'Anglais en se tournant vers son coéquipier. Il a fait un tour fantastique hier pour signer la pole et a encore été brillant aujourd'hui.»

Button a profité des retardataires pour doubler Alonso. «Je le suivais depuis quelques tours et j'attendais une ouverture. Elle s'est présentée quand nous avons rattrapé deux concurrents attardés qui ne nous ont pas laissés passer tout de suite. Fernando a dû ralentir et j'ai pu me glisser à ses côtés.»

C'est d'ailleurs l'Espagnol, sur Ferrari, qui s'est avéré le plus redoutable adversaire des McLaren. «Nous avons accompli un pas en avant ce week-end, assuré Alonso. Nous avons comblé l'écart que nous avions sur les Red Bull et les McLaren en Turquie.

«Je crois que nous serons compétitifs dans les prochaines courses. L'objectif reste le titre mondial et ce résultat est très motivant pour toute l'équipe.»

Au classement final, Hamilton a donc devancé Button, Alonso, Vettel, Webber, l'Allemand Nico Rosberg (Mercedes), le Polonais Robert Kubica (Renault), le Suisse Sébastien Buemi (Toro Rosso), l'Italien Vitantonio Liuzzi (Force India) et l'Allemand Adrian Sutil (Force India).

L'Allemand Michael Schumacher, sept fois vainqueur à Montréal, a connu toutes sortes d'ennuis avec sa Mercedes et n'a pu faire mieux qu'une 11e place. Il pourrait d'ailleurs être déclassé après avoir causé la sortie de piste du Brésilien Felipe Massa (Ferrari) en fin de course.

>>>Relisez le calvardage avec le journaliste Michel Marois