Dans un article de l'hebdomadaire Autosport, Villeneuve soutient que la jeune sensation de 22 ans fait des manœuvres douteuses au départ qui auraient dû lui valoir des disqualifications.

Marc Delbès

Dans un article de l'hebdomadaire Autosport, Villeneuve soutient que la jeune sensation de 22 ans fait des manœuvres douteuses au départ qui auraient dû lui valoir des disqualifications.

«Il a droit à ses opinions, a commenté Hamilton. Je respecte ça. Mais c'est la course automobile. Si j'avais changé de trajectoire pour sortir un autre pilote, je serais d'accord. Mais ça n'a pas été le cas à chacune des courses.»

Les reprises du départ des cinq premières courses de la saison donnent raison à Hamilton.

Villeneuve reproche la conduite «par à-coups» de la recrue et une attitude après la ligne de départ qui commence à ressembler à celle de Michael Schumacher.

«Il réalise des manœuvres qui vaudraient le drapeau noir à d'autres pilotes», a prétendu l'ex-champion.

Les propos de Villeneuve n'ont guère trouvé d'échos parmi les pilotes actuels du championnat du monde.

«Je ne vois rien d'anormal dans la façon dont Lewis se comporte au départ, a répliqué le Polonais Robert Kubica (BMW-Sauber). Ce n'est peut-être pas la façon dont Jacques conduisait. Mais ce n'est pas une course de taxi que nous faisons...»

«Parfois, Jacques parle trop», a prudemment avancé Giancarlo Fisichella (Renault).

«Je n'ai rien à dire, je n'ai rien vu sur ses débuts de course... j'aurais aimé pouvoir voir», a dit avec humour Jenson Button (Honda), lui qui n'a pu se qualifier mieux que 10e sur la grille de départ cette saison.

En cinq courses, Hamilton a terminé quatre fois deuxième et une fois troisième.