Les paddocks du circuit Gilles-Villeneuve se refont une beauté. Le projet de réfection et d'agrandissement qui a reçu le feu vert de l'administration Plante en avril dernier vient d'être lancé officiellement.

Kathleen Lévesque LA PRESSE

Les travaux débutent par la démolition du bâtiment actuel des paddocks qui ont atteint leur durée de vie utile, selon la Société du parc Jean-Drapeau (SPJD). « C'est une page d'histoire qui se tourne aujourd'hui », estime la SPJD qui se dit confiante d'assurer ainsi la pérennité du Grand Prix du Canada.

Date-cible : 30 avril 2019

Les travaux doivent être terminés au plus tard le 30 avril 2019. Le circuit Gilles-Villeneuve pourra ainsi se conformer aux exigences de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) et de la Formula One World Championship (FOWC).

Les installations actuelles ont de l'âge. En 1978, le circuit et des infrastructures temporaires avaient été aménagés en trois mois pour accueillir le Grand Prix ; jusque-là, la course se déroulait en Ontario, mais le circuit situé à Mosport ne répondait plus aux exigences de la Formule 1. C'est lors de ce Grand Prix à Montréal que Gilles Villeneuve a remporté sa première victoire en Formule 1. Dix ans plus tard, une structure permanente pour les paddocks a été construite.

La conception architecturale (Les Architectes FABG) des nouveaux paddocks a été inspirée par certains éléments de l'Expo 67, dont l'ancien pavillon des États-Unis et celui du Canada. La fenestration y sera très abondante.

Le bâtiment comptera trois étages : le garage des équipes, la tour de contrôle et les locaux pour le personnel au premier étage ; les loges, la tour de contrôle, le podium et des espaces pour les médias au deuxième ; des loges et des terrasses au troisième.

De la place pour 5000 spectateurs dans les loges

Au total, la capacité des loges passera de 1800 personnes à 5000.

En outre, les infrastructures souterraines datent des Jeux olympiques de 1976. Leur réfection complète sera effectuée tout comme pour le réseau électrique. Il s'agit de travaux qui n'étaient pas prévus à l'origine et qui ajoutent 4 millions sur la facture finale.

Le projet de réfection et d'agrandissement totalise des investissements de 76 millions de dollars. Le ministère des Affaires municipales y injecte 18 millions et la Ville de Montréal, 41 millions. En décembre 2015, le projet était évalué à 48 millions.

C'est l'entrepreneur Groupe Geyser qui a obtenu le contrat à la suite de l'appel d'offres public lancé en décembre dernier. Sa soumission, la plus basse conforme parmi les cinq propositions reçues, constituait toutefois une hausse de 8,7 % par rapport à l'estimation municipale.