Quand Lewis Hamilton est finalement sorti des garages en cette journée pluvieuse et brumeuse sur le circuit de Shanghai, ce n'était pas pour effectuer un tour de piste au volant de sa Mercedes. C'était plutôt pour lancer des casquettes autographiées à la foule présente dans les gradins.

Justin Bergman ASSOCIATED PRESS

Hamilton et les autres pilotes de Formule 1 ont eu très peu de temps pour se préparer en vue du Grand Prix de Chine, vendredi, puisque la mauvaise visibilité a perturbé la majeure partie des deux séances d'essais libres prévues au programme.

Les dirigeants de la F1 ont complètement annulé la séance de l'après-midi et les pilotes n'ont eu que 20 minutes en matinée pour rouler en piste car les mauvaises conditions climatiques auraient empêché l'hélicoptère médical du circuit d'atterrir à l'hôpital le plus proche en cas d'accident.

Max Verstappen (Red Bull) a réalisé le tour le plus rapide de la session écourtée du matin en une minute 50,491 secondes. Les deux pilotes de Ferrari, Sebastian Vettel et Kimi Raikkonen, ainsi que Hamilton n'ont même pas enregistré de temps.

Le Québécois Lance Stroll a réussi le troisième chrono en une minute 52,507 secondes. Le coéquipier de Stroll chez Williams, Felipe Massa, a pris le deuxième rang en 1:52,086.

Après l'annulation de la deuxième séance, Hamilton a marché sur la piste pour prendre des photos des braves amateurs toujours sur place dans l'espoir d'une amélioration des conditions. Il a autographié des casquettes et les a lancées en direction de la foule ravie.

«Ce n'est pas une bonne journée, a affirmé Hamilton. La piste était très bien et nous aurions pu courir toute la journée aujourd'hui sans problème si ce n'était des nuages.»

Sur son compte Twitter, le triple champion du monde a demandé à la FIA et aux nouveaux propriétaires de la F1, Liberty Media, d'ajuster le programme du week-end afin de permettre d'autres séances d'essais. Il a suggéré de tenir trois séances d'essais libres samedi et la séance de qualifications dimanche matin avant la course.

«Ce qui s'est passé aujourd'hui pourrait être une bénédiction déguisée. Une chance pour les nouveaux patrons de la F1 d'agir de manière proactive et créative», a-t-il ajouté, concluant son dernier gazouillis par le mot-clic appelant aux changements en F1.

La FIA a toutefois décidé de ne pas devancer le départ de l'épreuve, dimanche, après en avoir discuté avec les patrons d'écurie.

Même si les conditions météorologiques sont menaçantes pour la course, la FIA assure, selon les informations en sa possession, que la course pourra se dérouler comme prévu, à partir de 14 heures locales (2 heures au Québec).

Le manque d'adhérence a provoqué de nombreuses sorties de piste pendant le peu de temps où les pilotes ont été en piste. Les pilotes de l'écurie Haas Kevin Magnussen et Romain Grosjean ont fait des tête-à-queue au virage no 9 et Niko Hulkenberg (Renault) s'est immobilisé dans le gravier après avoir perdu le contrôle au virage no 3.

«Ça va être pareil pour tout le monde (samedi), a précisé Valtteri Bottas, le coéquipier de Hamilton chez Mecedes. Nous sommes vraiment désireux de voir ce que nous pouvons faire ici, ce que nous n'avons pu vérifier aujourd'hui.»