Derrière Mercedes-AMG, qui a remporté dimanche à Singapour sa 11e victoire en 14 courses, Red Bull Racing et la Scuderia Ferrari ont bien résisté, aux essais et en course, alors que Williams a bien travaillé et tenu son rang.

Publié le 22 sept. 2014
Daniel ORTELLI AGENCE FRANCE-PRESSE

EN HAUSSE: Red Bull, Ferrari, Toro Rosso, Force India

Red Bull: Vettel 2e, Ricciardo 3e

La menace attendue se précise, les champions du monde en titre vont tout faire pour animer cette fin de saison et ce circuit urbain de Singapour était l'endroit idéal pour tenter des paris, sur les pneus, qui ont failli réussir. Les RB10 étaient plus proches que prévu, en performance pure, des Flèches d'Argent, sauf entre le 38e et le 52e tour quand Hamilton a élevé le niveau.

Ferrari: Alonso 4e, Raïkkönen 8e

Spectaculaire redressement de la Scuderia, avec une F14T très rapide aux essais et très constante en course, ce qui aurait peut-être permis à Alonso de tirer les marrons du feu en cas de panique ou d'erreurs stratégiques devant, sur fond de neutralisations par la voiture de sécurité. Ça n'a pas souri cette fois-ci mais il reste cinq courses pour sauver la saison par une victoire.

Toro Rosso: Vergne 6e, Kvyat 14e

Parti 12e sur la grille, «JEV» a fini la course en trombe, avec un train de pneus tendres neufs économisés samedi et bien utiles dimanche, car ils lui ont permis de croquer six pilotes en dix tours, dont un champion du monde (Räikkönen). À l'inverse, Kvyat a beaucoup souffert, car sa voiture glissait beaucoup et surtout parce qu'il n'a pas pu boire pendant toute la course.

Force India: Pérez 7e, Hülkenberg 12e

Très belle course des monoplaces indiennes, notamment Pérez qui a provoqué la neutralisation, en se faisant coincer par Sutil, a dû s'arrêter quatre fois au lieu de trois, dont une pour changer son aileron avant, et termine encore dans les points, pour la 3e course d'affilée. Moins agressif, «Hulk» a lui aussi contribué au retour dans le Top 5 des constructeurs, devant McLaren.

STABLES: Mercedes-AMG, Williams, Lotus, Caterham

Mercedes-AMG: victoire d'Hamilton, abandon de Rosberg

Les Flèches d'Argent ont dominé les essais, Hamilton a dominé la course, mais Rosberg n'a pas pu défendre ses chances en raison d'une défaillance électronique qui montre bien que rien n'est jamais joué d'avance, car la meilleure équipe n'est pas à l'abri d'un petit souci aux grosses conséquences. Cet avertissement sans frais va inciter l'écurie de Brackley à rester vigilante.

Williams: Massa 5e, Bottas 11e

Felipe confirme son regain de forme grâce à une équipe qui a énormément travaillé pour adapter ses voitures à un circuit qui ne lui convenait pas, a priori, et a changé de stratégie suite à la neutralisation du 31e tour. Fin de course gâchée pour Valtteri à cause de ses pneus, détruits, qui l'ont lâché dans le 60e et dernier tour. Mais Williams reste 3e, devant Ferrari.

Lotus: Maldonado 12e, Grosjean 13e

Les pilotes Lotus ont relevé la tête, après un début de week-end compliqué, marqué par le carton de Pastor aux essais libres puis les problèmes de moteur de Romain en qualifications. Grosjean a avoué n'avoir pas bien géré le nouveau départ, après la neutralisation, au niveau de ses pneus, alors que Maldonado a fait une course plus sage que d'habitude, terminée à la porte des points.

Caterham: forfait de Kobayashi, Ericsson 15e

Kobayashi n'a pas pu prendre le départ, à cause d'un problème électrique pendant le tour de formation, mais Ericsson, à lui tout seul, a battu les deux Marussia, ce qui n'était pas gagné d'avance. Colin Kolles, le nouveau patron, «fait du bon travail», selon Cyril Abiteboul, l'ex-dirigeant de Caterham revenu chez Renault Sport F1, le motoriste de l'écurie de Leafield.

EN BAISSE: McLaren, Marussia, Sauber

McLaren: Magnussen 10e, abandon de Button

Soirée brûlante pour Magnussen, qui a fini à l'hôpital, pour des examens de contrôle, après avoir littéralement cuit dans un cockpit surchauffé, surtout pendant les sept tours passés au ralenti derrière la voiture de sécurité. Button méritait mieux, peut-être la 6e place, mais sa voiture s'est arrêtée tout d'un coup, en panne électrique, à huit tours de l'arrivée.

Marussia: Bianchi 16e, Chilton 17e

Encore un match perdu contre Caterham, à cause d'une quantité de problèmes que la petite écurie russe n'a pas réussi à surmonter, alors que ses voitures se rapprochent, en performance, des Sauber et même des Lotus: freins, crevaison, sortie de la voiture de sécurité, etc. Seule consolation, la 9e place des constructeurs continue à tenir...

Sauber: abandons de Sutil et Gutiérrez

On pensait que ça ne pouvait pas aller plus mal pour l'écurie suisse, et on se trompait: accrochage de Sutil avec Pérez, et finalement double abandon à un moment crucial de la saison, celui où il faut décider si on continue à dépenser de l'argent qu'on n'a pas, ou si on arrête les frais. C'est très grave.