Alors que les rivaux de Sebastian Vettel peinent à trouver des solutions pour le rattraper, l'introduction du nouveau pneu à gomme super-tendre de Pirelli, à l'occasion du Grand Prix de Monaco de dimanche, pourrait s'avérér un autre faux espoir.

Mis à jour le 27 mai 2011
Jerome Pugmire ASSOCIATED PRESS

Vettel profite déjà d'une importante avance de 41 points au classement devant Lewis Hamilton, grâce aux quatre victoires qu'il a signées en cinq courses jusqu'ici. Les chances que l'Allemand réussisse à défendre son titre de champion pilote de la F1 s'amélioreront d'autant s'il s'impose à Monaco pour la première fois de sa carrière.

Puisque la piste à Monaco offre très peu d'occasions de dépasser, Hamilton aura besoin d'une solide performance en qualifications pour menacer Vettel. Comme le dit ce dernier, «la position sur la grille de départ est très importante et peut déterminer l'allure de ta course».

Étant donné qu'on utilisait pour la première fois une nouvelle gomme dure au Grand Prix d'Espagne, le week-end dernier, et compte tenu de l'avantage que procurait l'aileron arrière aérodynamique aux autres écuries, on a cru pendant un bref moment que Vettel allait être vulnérable, dimanche dernier. D'autant plus que pour la première fois de la campagne, l'Allemand avait été incapable de décrocher la position de tête.

Mais tout cela n'a pas changé grand-chose, le pilote de Red Bull devançant Hamilton en route vers une autre victoire. Maintenant, pour la première fois, les gommes super-tendres des pneus Pirelli seront mises à l'épreuve sur une piste considérée comme la plus lente de la saison.

Malgré sa forte avance au classement, Vettel n'a pas l'intention de se reposer sur ses lauriers à Monaco. Il a dit s'attendre à quelques surprises.

«C'est un circuit tout à fait unique, qui représente un défi spécial pour les pilotes. Il faut être aussi combatif qu'en temps normal, sauf que la plus petite des erreurs peut coûter très cher, a-t-il noté. Gérer la circulation pendant les qualifications à Monaco représente également un bon défi. Nous avons bien fait ici, l'an dernier, et j'espère que nous pourrons donner encore une performance solide.»

Hamilton est le seul pilote à avoir réussi à battre Vettel cette saison, quand une excellente stratégie d'équipe a profité à McLaren en Chine. On espérait alors que la course au championnat était relancée, mais Vettel a renoué avec la victoire en Turquie.

Reste que le pilote britannique estime être l'égal de Vettel en terme d'habiletés et il espère que le circuit de Monaco viendra effacer, sinon réduire, les différences entre les voitures.

«Il s'agit d'un circuit où l'adhérence à haute vitesse est moins importante et où le pilote peut faire la différence, alors ça devrait nous être favorable, a avancé Hamilton. J'ai vraiment hâte à Monaco cette année parce que je crois que nous allons voir une course différente par rapport aux années précédentes. Les différents changements techniques vont vraiment raviver la course, et j'adorerais voir des tentatives de dépassement ainsi que des luttes entre pilotes.»

Red Bull a monopolisé les deux premières places au Grand Prix de Monaco, l'an dernier, Webber devançant Vettel. Webber aura besoin d'une prestation semblable pour se remettre dans la course au titre. Webber a obtenu une décevante quatrième place en Espagne en dépit de sa position de tête et l'Australien a déjà un retard de 51 points sur son coéquipier chez Red Bull.

«C'est un circuit où j'ai toujours relativement bien fait, et d'où proviennent mes meilleurs souvenirs en tant que pilote de course, a affirmé Webber. Il est clair qu'il s'agit d'un circuit routier exigeant, qui nécessite un niveau très élevé de concentration et de calme tout au long du week-end.»

Jenson Button, le coéquipier de Hamilton chez McLaren, a un retard de 57 points, tandis que l'ancien champion Fernando Alonso a un déficit de 67 points alors que Ferrari continue de connaître des difficultés.