La Cour d'appel de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) se réunit lundi à Paris pour examiner l'appel déposé par l'écurie McLaren-Mercedes suite au déclassement à la troisième place de son pilote Lewis Hamilton au Grand Prix de Belgique de Formule 1, le 7 septembre à Spa.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Hamilton, vainqueur de la course sur la piste après une belle bagarre et trois derniers tours d'anthologie, s'était vu infliger après coup une pénalité de 25 secondes pour avoir court-circuité une chicane et en avoir tiré avantage. Le Britannique était alors à la lutte avec Kimi Raikkonen (Ferrari) et son infraction lui avait permis de prendre la tête de la course dans le virage suivant.

Les 25 secondes de pénalité avaient fait reculer Hamilton à la troisième place pendant que Felipe Massa (Ferrari) gagnait un rang et héritait de la victoire sur tapis vert.

McLaren-Mercedes a fait appel de cette décision des commissaires et semble disposer d'un solide argument en sa faveur: l'écurie britannique affirme avoir demandé à la direction de course juste après la manoeuvre litigieuse si Hamilton avait agi correctement. Par deux fois elle s'est entendue dire que tout était correct.

«J'ai coupé la chicane pour éviter la collision (avec Raikkonen), a quant à lui répété Hamilton. J'ai ensuite levé le pied, il est repassé mais j'ai quand même réussi à le doubler de nouveau. Je pense avoir suffisamment levé le pied (pour ne pas que cela constitue un avantage).»

Faute

Six points sont en jeu entre les deux leaders du championnat. En effet, Hamilton mène le classement avec 78 points mais il ne compte qu'une seule petite longueur d'avance sur Massa (77 pts).

Si sa pénalité de Spa-Francorchamps était annulée, il regagnerait quatre points (en passant de la troisième place à la première) pendant que Massa en perdrait deux (en reculant de la première place à la deuxième).

Le titre mondial s'était joué pour un seul point la saison dernière.

Interrogés sur l'infraction et la sanction qui en a résulté, la plupart des pilotes sont en tout cas du même avis: Hamilton a commis une faute mais la punition est trop sévère. La confrérie des hommes casqués aurait vu d'un meilleur oeil une rétrogradation de dix places sur la grille de départ de la course suivante.

La Cour d'appel de la FIA décidera de tout cela lundi. Elle est composée de 18 membres et d'un conseiller. Au moins trois membres doivent être présents pour qu'elle puisse siéger. Elle peut admettre ou rejeter l'appel et peut décider de confirmer, d'annuler, de réduire ou d'augmenter la pénalité prononcée.

La morale de cette histoire est en tout cas bien triste puisque tout ce qui restera de ce merveilleux Grand Prix de Belgique c'est une sombre histoire de chicane. Peu importe la décision de la Cour d'appel de la FIA, la Formule 1 est de toute façon perdante.