La programmation d'un Grand Prix d'Europe de Formule 1 à Bakou (Azerbaïdjan) le même week-end que les prochaines 24 Heures du Mans est «une attaque évidente» contre le Championnat du monde d'endurance (WEC), selon son directeur Gérard Neveu.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Dans une interview au magazine italien Autosprint, Neveu accuse précisément le promoteur de la F1, Bernie Ecclestone, d'avoir délibérément choisi ce week-end des 18-19 juin pour éviter que des pilotes de F1 imitent l'année prochaine l'Allemand Nico Hülkenberg (Force India), vainqueur en juin des dernières 24 Heures dans une Porsche.

Sur les neuf manches du WEC prévues l'an prochain, cinq autres auront lieu le même week-end qu'un GP de F1, ce qui selon Neveu est «inévitable», mais un pacte de non-agression entre les deux disciplines avait été négocié ces dernières années par la Fédération internationale de l'automobile (FIA) et son président Jean Todt, l'autre acteur du renouveau de l'endurance automobile avec l'Automobile club de l'Ouest (ACO), organisateur des 24 Heures.

Ce pacte a volé en éclats lors de l'élaboration du calendrier F1 de 2016, qui comptera 21 rendez-vous, à cause aussi de la volonté des équipes de bénéficier d'une coupure estivale en août.

«C'est une attaque évidente contre nous et cette course (Le Mans). Car Ecclestone ne fait jamais rien de manière nonchalante», estime Neveu. Il connaît bien le promoteur de la F1, qui élabore le calendrier F1 puis le fait valider par la FIA, pour avoir longtemps géré le Circuit Paul-Ricard appartenant désormais à son ex-épouse Slavica Ecclestone.

«La FIA aurait dû mieux nous protéger», a ajouté Neveu en référence à la protection du Mans depuis la saison 2012 incluse. «C'est dommage, pour les admirateurs et pour les pilotes aussi, car en faisant cela on enlève la possibilité que des vedettes de la F1 participent à la course la plus importante du monde».

En plus d'Hülkenberg, qui aurait bien aimé récidiver, l'Espagnol Fernando Alonso et l'Anglais Jenson Button auraient bien aimé se changer les idées en courant au Mans, eux qui connaissent une saison 2015 très compliquée chez McLaren-Honda.

Le président de l'ACO, Pierre Fillon, a abondé dans le sens de Neveu, au sujet des admirateurs et des pilotes, mais refusé de mettre en cause la FIA. «Il n'y a pas de problème de gouvernance de ce sport (au niveau de la FIA)», a-t-il estimé.