Deux pointures, Jacques Villeneuve et Alexandre Wurz, viennent renforcer les rangs de Peugeot aux 1000 Km de Spa, 3e manche du championnat d'endurance automobile Le Mans Séries (LMS) et dernière répétition avant les 24 Heures du Mans (14-15 juin).

Daniel Ortelli AGENCE FRANCE-PRESSE

Peugeot, invaincu en huit courses de LMS depuis un an, va permettre au Québécois, champion du monde de F1 en 1997, et à l'Autrichien, vainqueur des 24 Heures lors de sa seule participation, en 1996, de préparer l'épreuve mancelle dans des conditions idéales: circuit très exigeant et trafic infernal.

«La dernière fois que j'ai couru à Spa, c'était l'an dernier en F1 avec la Williams», se souvient Wurz, dont ce sera la première course sur une 908. «Dès que j'ai découvert la 908, j'ai eu envie de la piloter. J'aime son look, son design», ajoute le pilote autrichien.

Sur le fantastique circuit belge de 7 km, rénové par Bernie Ecclestone pour accueillir à nouveau la F1, la meilleure 908 HDi-FAP, la N.7 à parements rouges que pilotera Villeneuve, a tourné vendredi, dès les premiers essais libres, dans les temps de la pole position 2007 réussie par Nicolas Minassian.

Cela donne une idée du niveau que va atteindre cette troisième manche de la saison, en plein coeur des Ardennes belges, après les victoires de Minassian-Gené à Barcelone et Sarrazin-Lamy à Monza.

«Un circuit magnifique»

Villeneuve s'en réjouit, lui dont les souvenirs à Spa sont plus anciens que ceux de Wurz. Ils remontent surtout à 1998 et 1999, quand Spa lui a valu ses «plus belles frayeurs» à cause de «grosses sorties de route dans l'Eau Rouge» (en 1998 sur une Williams, en 1999 sur une BAR, ndlr). «A part ça, c'est un circuit magnifique qui convient parfaitement aux protos».

Dimanche à 12h50, pour le 3e acte du duel Peugeot-Audi version 2008, il y aura 44 voitures sur la grille de départ, protos et GT confondus, avec 143 tours à couvrir, et beaucoup d'autres très bons pilotes comme Allan McNish (Audi), Olivier Panis (Courage-Oreca) et Jos Verstappen (Porsche RS-Spyder).

Côté Audi, en attendant de gagner à nouveau en endurance, avec une petite préférence pour Le Mans, les Allemands mènent au classement pilotes, grâce à Alexandre Prémat et Mike Rockenfeller, bons deuxièmes à Barcelone et Monza, où ils étaient partis en dernière position.

Les 24 Heures restent l'objectif principal mais le meilleur moyen de les préparer, psychologiquement aussi, c'est d'arriver en vainqueur au bout d'une course de 1000 km menée à un train d'enfer. Peugeot, stimulé par Audi, l'a déjà fait deux fois cette saison. Alors, jamais deux sans trois ?