Vainqueur en 2006 sur une Citroën Xsara et en 2007 sur une C4, Sébastien Loeb veut faire le coup du sombrero au rallye du Mexique, dans la 3e manche du Championnat du monde WRC, et revenir sur Mikko Hirvonen (Ford Focus) en tête du classement pilotes.

AGENCE FRANCE-PRESSE

A cause de son zéro pointé en Suède (sortie de route puis problème moteur), le quadruple champion du monde en titre entame du côté de Leon, comme l'an dernier, une course-poursuite contre des Finlandais en Ford, avec une seule différence: Jari-Matti Latvala, vainqueur en Suède, a remplacé Marcus Grönholm, fraîchement retraité, aux côtés d'Hirvonen.

Le Mexique, c'est le premier des dix rallyes du championnat (sur 15) à se disputer sur la terre, et c'est surtout le plus haut de tous. Leon est à 1800 m et les voitures passent à près de 2700 m d'altitude dans Ortega (ES2, ES5), l'un des plats de résistance servis dès vendredi, lors de la 1re journée.

A ces altitudes, les moteurs sont moins puissants, à cause de la pression atmosphérique, d'environ 30% selon les ingénieurs, et les pilotes doivent adapter leur façon de conduire. Petit avantage, les spéciales sont exactement les mêmes que l'an dernier, donc leurs repères seront les mêmes.

Cette année, un autre paramètre va les obliger à modifier encore plus leur pilotage: les nouveaux pneus Pirelli Scorpion à gommes dures, conçus avant tout pour éviter les crevaisons car la mousse anti-crevaison est désormais interdite par la FIA. Ce sera leur première sortie en course, probablement riche en enseignements.

«L'an dernier, la terre compacte de certaines spéciales offrait un grip intéressant, mais je ne sais pas ce que ça va donner cette année», se demande Loeb. Il aura bien sûr à ses côtés Dani Sordo sur l'autre C4. Quatrième en 2006 et 2007, le jeune Espagnol sait ce qu'il a à faire: monter sur le podium dimanche à Leon.

Prudence chez Ford

Ford est arrivé dans la province de Guanajuato avec l'avantage aux points: 11 points d'avance sur Citroën côté marques, 6 points d'avance pour Hirvonen devant Loeb, à égalité avec Latvala. De quoi voir venir sur un terrain habituellement favorable aux Citroën.

«Je vais avoir le handicap d'ouvrir la route, parce qu'il y aura beaucoup de gravillons, donc je vais faire ma course sans prendre trop de risques et on verra bien le classement après les spéciales de vendredi», a annoncé Hirvonen.

«Je n'ai pas de très bons souvenirs de mes deux dernières participations, je ne connais pas très bien le terrain, donc je vais essayer de jouer placé», a ajouté Latvala.

Ford a aussi l'avantage du nombre, comme à chaque rallye, car il y aura une armada de Ford Focus, notamment chez les Irlandais de Stobart et les Argentins de Munchi's, prêtes à profiter du moindre faux pas des voitures rouges. Il y aura bien une C4 privée pour Conrad Rautenbach, mais elle comptera pour du beurre.

Pour sa première course sur terre au volant d'une Focus, Gigi Galli, 3e en Suède, ne veut pas déroger à son tableau de marche: ne rien casser et ramener la voiture à l'arrivée, histoire de s'y habituer encore mieux pour préparer la Sardaigne mi-mai, sur le terrain de jeu préféré de l'Italien de Livigno.

Quant aux autres pilotes comme Chris Atkinson et Petter Solberg chez Subaru, Toni Gardemeister et P-G Andersson chez Suzuki, ils ne semblent pas assez armés pour troubler la course en tête. Sauf s'il se met à faire très chaud sous les casques.