(Montmeló) Vainqueur au Canada à l’issue d’un week-end compliqué, le triple champion du monde Max Verstappen et Red Bull peuvent confirmer qu’ils restent les patrons de la Formule 1 ce week-end en Espagne, où Ferrari doit rebondir après un GP catastrophique à Montréal.

Le Néerlandais, bien aidé par l’intervention de la voiture de sécurité qui lui a permis de devancer Lando Norris, contrairement au Grand Prix de Miami où il avait été piégé, laissant la victoire au Britannique, tentera d’enchaîner sur le circuit de Barcelona-Catalunya à Montmelo, où il a déjà gagné trois fois (2016, 2022, 2023).

« J’ai de très bons souvenirs sur ce tracé, surtout que j’ai décroché ma première victoire en F1 ici. C’est un bon mélange de virages rapides et lents et historiquement on a toujours été performants ici donc l’objectif c’est de poursuivre sur notre lancée », a affirmé « Mad Max », qui compte 56 longueurs d’avance sur le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) au championnat du monde.

Moins dominatrice qu’en 2023, Red Bull voit toutefois la concurrence se rapprocher de plus en plus, à l’image de McLaren, Ferrari et même Mercedes, très à l’aise au Canada où le Britannique George Russell avait décroché une pole position inattendue avant de finir troisième de la course, devant son coéquipier Lewis Hamilton.

La Scuderia se doit de réagir en Catalogne après avoir raté son week-end au Québec, où elle a manqué le top 10 en qualifications et où les deux monoplaces ont été contraintes à l’abandon durant la course.

« On a tiré des leçons du Canada et on va aller de l’avant. Nous devrions pouvoir retrouver notre niveau de performance. Depuis le début de la saison, c’est extrêmement serré donc il faudra faire attention au moindre détail et tout réaliser correctement. Ce sera un week-end intéressant où nous comptons inscrire beaucoup de points », a souligné Frédéric Vasseur, le patron français de l’écurie Ferrari.  

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Charles Leclerc

McLaren, qui a frôlé la victoire sur le circuit Gilles-Villeneuve, espère encore se mêler à la lutte pour le succès en Espagne, même si le tracé semble moins convenir à la monoplace MCL38.

« Nos récents résultats nous donnent un surplus d’énergie pour ce retour en Europe. Même si nous sommes confiants sur le fait que la voiture puisse être performante sur différents types de circuits, celui de Barcelone sera un gros défi. Des équipes arriveront avec des améliorations, donc il faudra être concentré », a expliqué Andrea Stella, le directeur de l’équipe britannique.

Un bon test pour Mercedes

Mercedes semble également revenir dans l’équation après un début de saison difficile. Le rythme au Canada et le double podium obtenu la saison dernière à Montmelo incite à l’optimisme.

« Nous avons continué à réaliser des progrès lors des dernières courses et la performance au Canada était encourageante, même si le circuit Gilles-Villeneuve est très particulier. Barcelone sera un bon test pour évaluer les progrès obtenus grâce à nos récentes améliorations », a estimé Toto Wolff, le patron de l’écurie allemande.

Côté français, Alpine aura du mal à rééditer le résultat encourageant de Montréal, où elle a placé ses deux voitures dans les points (9e et 10e) pour la première fois de la saison malgré des positions de départ médiocres (15e et 18e).

« Il y a certains défis à relever, donc nous verrons comment nous nous en sortirons. Nous restons focalisés et nous travaillons dur en coulisses, a fait valoir Pierre Gasly. C’est le début d’une triplette intense. Nous avons pris des points lors des deux dernières courses, donc nous devons nous efforcer de poursuivre sur cette lancée. »

Le Grand Prix d’Espagne sera en effet le premier d’une série de trois consécutifs, avant l’Autriche et la Grande-Bretagne, et marquera le début de la tournée estivale européenne disputée sur des tracés plus conventionnels que Jeddah, Miami ou Montréal.