Selon Motorsport, le PDG de la F1 Stefano Domenicali a présenté ses excuses aux équipes après les différents ratés lors du dernier Grand Prix de F1 présenté à Montréal.

Les points d’achoppement n’ont évidemment pas manqué de faire les manchettes hors des pistes. Le magazine spécialisé cite en premier lieu une rupture de communication entre le circuit et la police qui a empêché des membres des équipes et des spectateurs d’accéder au site vendredi et samedi.

Les autorités ont en effet bloqué certains points d’accès en raison de l’engorgement sur l’île Notre-Dame.

Parmi les autres enjeux soulevés, il y a l’inondation de certaines unités d’accueil et d’espaces de télédiffusion lors de l’épisode de forte pluie et de grêle. Les stationnements VIP ont aussi été transformés en mares de boue par la pluie.

Il faut aussi ajouter la mauvaise information relayée par la STM à l’effet que les essais libres de vendredi avaient été annulés en raison de la pluie. Là-dessus, on se relance la balle.

Les organisateurs ont envoyé une explication à Motorsport : « Le promoteur n’a jamais communiqué que les séances étaient annulées. Nous avons demandé aux fans qui se trouvaient dans les tribunes de les évacuer en raison des conditions météorologiques, mais nous avons demandé à ceux qui se trouvaient dans les loges ou dans les bâtiments permanents de ne pas bouger. Nous avons temporairement empêché les fans d’entrer sur le circuit pour des raisons de sécurité, car ils étaient plus en sécurité dans le métro, dans leur voiture ou au casino.

« Nous avons compris plus tard dans la journée que la STM avait pris l’initiative d’annoncer une annulation, sans notre consentement ni que nous en soyons informés. Dès que le front météorologique est passé et qu’il a été possible de le faire en toute sécurité, nous avons autorisé les fans à retourner dans les tribunes et sur le site. »

La STM a quant à elle offert cette version des faits : « La STM a reçu l’information de la fin des activités et de l’évacuation du site compte tenu des alertes météo de la part du CCTI (Centre de commandement et de traitement de l’information du SPVM et ses partenaires) qui avait été informé par l’organisation de l’évènement. Certains spectateurs ont eu pour réflexe de se réfugier à la station de métro Jean-Drapeau pour se protéger de la pluie sans toutefois prendre le métro.

« Face à cette situation, la STM a pris la décision de diffuser un message sonore dans les stations Jean-Drapeau et Berri afin d’éviter que la foule à la station Jean-Drapeau gagne en importance et ainsi éviter que la fluidité en station soit compromise, créant ainsi un enjeu de sécurité. Lorsque l’organisation s’est ravisée quelques minutes plus tard, nous avons ajusté nos messages en conséquence, selon l’information fournie par l’organisation du Grand Prix via le CCTI. »

Autre point de contention : les partisans qui ont envahi la piste après la fin de course, apparemment un enjeu récurrent.

Motorsport a précisé que le promoteur Octane a reçu les critiques de la FIA. On lui demande notamment de revoir la gestion des points d’accès, et d’améliorer les paddocks et certaines infrastructures, entre autres choses.