Daniel Ricciardo est surévalué et ne cesse de se plaindre, selon Jacques Villeneuve. Et Villeneuve a peut-être subi trop de coups à la tête, parce qu’il aime drôlement « dire de la merde », selon Ricciardo.

Une guerre de mots s’est ouverte ce week-end en marge du Grand Prix du Canada.

Le Québécois de 53 ans, ex-champion du monde de Formule 1, s’est livré à une charge à fond de train contre l’Australien, vendredi. À Montréal, Villeneuve agit à titre d’analyste pour le compte de Sky Sports, chaîne de télévision britannique.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Jacques Villeneuve

« Pourquoi est-il encore en Formule 1 ?, s’est-il demandé, en ondes, au sujet du pilote de RB. Je crois que son image l’a gardé en F1 plutôt que ses véritables résultats. »

Il est vrai que Ricciardo, 34 ans, n’a pas connu de grands succès depuis un moment. Celui qui a terminé troisième au championnat des pilotes à deux reprises, en 2014 et en 2016, n’est monté que trois fois sur le podium au cours des cinq dernières saisons et demie. En 2024, en huit courses, dont six complètes, il n’a pu faire mieux qu’une 12place au volant de sa RB.

Au cours des dernières semaines, le vétéran n’a pas caché sa déception devant son début de saison, ce qui a visiblement déplu à Villeneuve.

« On entend les mêmes choses depuis quatre ou cinq ans, a lancé ce dernier. “Il faut rendre la voiture meilleure pour lui, pauvre lui…” Non, tu es en F1. Peut-être [qu’une écurie] peut faire l’effort pour Lewis Hamilton, qui a gagné des championnats du monde, mais elle ne le fera pas pour un coureur qui n’est pas à la hauteur. Si tu n’es pas à la hauteur, rentre chez toi et quelqu’un va prendre ta place. »

« Ç’a toujours été comme ça en course automobile, a poursuivi Villeneuve. C’est le sommet de ce sport, ce n’est pas l’endroit pour chercher des excuses. »

Villeneuve a avancé que les succès que Ricciardo avait connus en début de carrière, alors qu’il courait chez Red Bull, étaient attribuables au fait qu’il devait d’abord se mesurer à un Sebastian Vettel vieillissant puis à « un Max Verstappen de 18 ans ».

« C’est tout ! Il n’a plus battu quiconque après ça. »

Après la séance de qualifications de samedi, à Montréal, Daniel Ricciardo a affiché un large sourire en se présentant devant les reporters des médias écrits. Il venait de passer de longues minutes devant les caméras de télévision et, à l’évidence, il avait répondu à son lot de questions sur la sortie de Villeneuve.

« Je n’ai toujours pas entendu ce qu’il a dit », a lancé le pilote. S’il dit vrai, on ne peut donc pas tracer de lien entre ces déclarations et sa surprenante cinquième position sur la grille de départ. Qu’à cela ne tienne, Ricciardo en savait assez pour avancer que Villeneuve « disait de la merde » [talked shit].

Il fait toujours ça, a-t-il poursuivi. Je crois qu’il s’est frappé la tête trop souvent, je ne sais pas s’il joue au hockey, ou quelque chose comme ça…

Daniel Ricciardo au sujet de Jacques Villeneuve

Ricciardo n’a pas voulu donner à l’ex-vedette de la F1 « son moment de gloire ». « Mais toutes ces personnes peuvent aller paître, a-t-il lancé, encore dans un grand sourire. Je voudrais en dire davantage, mais c’est correct. Je vais laisser ça derrière moi. »

Cette cinquième position sur la grille de départ, dimanche, sera la plus avantageuse pour lui jusqu’ici cette saison.