Dans quelques jours, le Québécois Lance Stroll s’alignera sur la grille de départ du circuit Gilles-Villeneuve pour son quatrième Grand Prix à la maison en carrière. Le Torontois Nicholas Latifi disputera pour sa part sa toute première course en territoire canadien. Coup d’œil sur leur début de saison respectif.

Publié le 15 juin
Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Stroll, qui en est à sa sixième saison en Formule 1, se classe en ce moment au 17e rang des pilotes avec une maigre récolte de 2 points. Il revient tout juste d’un week-end terrible en Azerbaïdjan, où il a frappé le mur en qualifications et a dû retirer la voiture avant la fin, en course, en raison de trop fortes vibrations.

Son coéquipier, l’ex-champion du monde Sebastian Vettel, fait un peu mieux au 14e échelon. Mais la glissade d’Aston Martin dans la hiérarchie se poursuit.

« De la merde »

Comme la saison dernière, Stroll doit se battre à chaque course pour se frayer une place parmi les 10 premiers. Ses meilleurs résultats jusqu’ici demeurent ses deux 10e places obtenues à Émilie-Romagne et Miami. On est bien loin de ses deux podiums réussis au volant de l’AMR21 en 2020, lorsque l’écurie portait encore le nom de Racing Point.

Cette année-là, Aston Martin avait conclu la saison au 4e rang des constructeurs derrière Mercedes, Red Bull et McLaren. Elle a glissé au 7e rang en 2021. Dans les derniers milles de la saison, le jeune pilote de 23 ans avait admis que la voiture n’était pas « aussi compétitive » que l’année précédente.

Avec les nombreux changements apportés en F1 en 2022, le fils de l’homme d’affaires Lawrence Stroll – aussi propriétaire d’Aston Martin, doit-on le rappeler – espérait que l’équipe fasse mieux cette saison, mais prônait la patience. « Nous sommes encore en phase de croissance, mais je crois que l’avenir de notre équipe est très prometteur, avait-il soutenu en février. Pour l’instant, il faut garder une vision à long terme. »

En conférence de presse avant le premier Grand Prix, Stroll affirmait que la nouvelle voiture était « beaucoup plus lourde » et que c’était « de la merde ». Il espérait arriver à en extraire le maximum de potentiel : « Si la voiture est assez bonne pour finir 12e ou 10e, je veux en extraire le maximum et finir 10», avait-il dit.

Aston Martin a apporté une première mise à jour à sa voiture, l’AMR22 qui fonctionne avec un moteur Mercedes, avant le Grand Prix d’Espagne, le sixième de la saison. En Azerbaïdjan, le week-end dernier, Sebastian Vettel a réussi une sixième place, son meilleur résultat jusqu’ici, alors que Stroll a dû abandonner pour la première fois de la saison.

L’équipe progresse, lentement mais sûrement. Et c’est ce qu’elle doit faire si elle veut espérer gagner d’ici quatre ou cinq ans. Mais Stroll, lui, semble stagner.

Prochain arrêt : Montréal. À deux de ses trois passages dans la métropole, Stroll a conclu au 9e rang. Pourra-t-il y arriver cette année ?

Latifi dans la cale

Nicholas Latifi en est à sa troisième saison en Formule 1, sous les couleurs de l’écurie Williams. Le pilote de 26 ans peine encore à amasser des points. Il partage le dernier rang du classement des pilotes avec Mick Schumacher (Haas).

PHOTO CHRISTIAN BRUNA, POOL VIA REUTERS

Nicholas Latifi

À bord de son FW44, qui porte une jolie robe bleu dégradé, Latifi n’a pu faire mieux qu’une 14e place à Miami jusqu’ici cette saison. En fait, il n’a amassé aucun point à ses 18 dernières courses en F1. Son dernier point remonte au 29 août 2021, quand il avait pris le 9e rang en Belgique.

L’autre pilote Williams, le Thaïlandais Alexander Albon, possède les trois seuls points de l’équipe, bonne dernière chez les constructeurs.

À la fin d’avril, après les quatre premières courses de la saison, le PDG de Williams, Jost Capito, a indiqué dans une entrevue que Latifi avait « tout le soutien de l’équipe ». « Ça se joue dans la tête, n’est-ce pas ? Il est capable de rouler très vite et il peut faire les mêmes temps qu’Alex [Albon] s’il est au bon endroit [mentalement], j’en suis sûr. Les voitures sont un peu plus difficiles et délicates à conduire cette année. Il doit s’y habituer. »

Le contrat de Latifi se termine à la fin de la présente saison, mais il pourrait perdre son siège avant ça s’il ne trouve pas le moyen de faire meilleure figure. Raison de plus, donc, de bien faire à son premier passage devant les spectateurs canadiens, ce week-end...