(Miami) Lewis Hamilton s’est aventuré dans le débat sur le droit à l’avortement aux États-Unis peu de temps après son arrivée dans ce pays. Il a dénoncé une interdiction de porter des bijoux pendant une course automobile en se pointant à Miami avec trois montres, huit anneaux et plusieurs colliers.

Publié le 8 mai
Jenna Fryer Associated Press

Et au moment où il se préparait pour les débuts de la Formule 1 dans le sud de la Floride, le septuple champion du monde a accueilli dans ses quartiers l’ancienne première dame des États-Unis, Michelle Obama, lors des essais libres et des qualifications.

Hamilton demeure autant un agent de changement 16 ans après le début de sa carrière qu’au moment où il est devenu le premier vainqueur noir en Formule 1, en 2008.

Le Britannique est maintenant âgé de 37 ans. Il a remporté le plus grand nombre de courses dans l’histoire de la F1 et avec ses sept titres mondiaux, il partage le premier rang avec Michael Schumacher. Hamilton demeure le seul pilote noir à évoluer au niveau le plus élevé des sports motorisés.

Il utilise sa plateforme pour donner son opinion sur des questions liées à la justice sociale et à la race, aux droits de la personne et à la protection de la communauté LBGTQ.

Hamilton s’exprime lorsqu’il participe à des courses dans des pays dont le bilan en matière de droits de la personne est douteux, ou lorsqu’un problème survient et qu’il estime que sa voix peut apporter un soutien.

Pendant un passage à New York plus tôt cette semaine, Hamilton s’est prononcé au sujet de la possibilité que la Cour suprême des États-Unis annule la décision historique Roe vs Wade de 1973 et qu’elle mette fin au droit national à l’avortement légal.

« J’aime me trouver aux États-Unis, mais je ne peux pas ignorer ce qui se passe en ce moment et ce que certaines personnes au sein du gouvernement essaient de faire aux femmes qui vivent ici », a écrit Hamilton sur son compte Instagram, que suivent presque 28 millions d’adeptes.

Chacun devrait avoir le droit de choisir ce qu’il fait de son corps. Nous ne pouvons pas laisser ce choix nous être retiré.

Lewis Hamilton, sur Instagram

Le message suivant incluait les noms d’organisations et de ressources qui soutiennent le droit à l’avortement.

Deux jours plus tard, Hamilton est arrivé dans l’enclos du Hard Rock Stadium vêtu de tous les bijoux qu’il pouvait trouver. Il protestait contre la décision de la Fédération internationale de l’automobile (FIA), l’organisme directeur de la Formule 1, d’interdire aux pilotes de porter des bijoux pendant la compétition.

La FIA prétend que les bijoux représentent un risque pour la sécurité. Hamilton affirme qu’il porte ses « piercings » depuis 16 saisons en F1 et que c’est son droit de s’exprimer comme il l’entend.

Mais alors que les paillettes et le glamour de la F1 envahissaient Miami Gardens — un quartier familial de banlieue qui compte près de 70 % de Noirs ou d’Afro-Américains selon le Bureau du recensement des États-Unis — Hamilton était le seul visage de la diversité. Ce n’est pas suffisant, a déclaré son patron, Toto Wolff, directeur de Mercedes.

« Ce dont [la F1] a besoin, c’est de modèles, pas seulement le pilote de pointe, qui est le plus grand modèle que le sport possède, mais nous avons besoin… de changer cet environnement, il faut qu’il y ait un groupe plus diversifié de personnes qui parlent de la Formule 1 », a déclaré Wolff.

« Nous devons simplement faire un pas à la fois. Nous aimerions avoir un groupe très diversifié de fans et de publics et tout ce que nous pouvons faire, nous sommes prêts à le faire. »