(Bakou) Red Bull a dominé les deux séances d’essais libres du Grand Prix d’Azerbaïdjan, vendredi. Sergio Perez a signé le meilleur temps de la journée alors que les Mercedes, rivales dans la course au titre, ont été largement distancées.

Associated Press

Perez a réalisé son meilleur tour en une minute 42,115 secondes lors de la deuxième séance, devançant son coéquipier Max Verstappen d’un dixième de seconde. Verstappen avait été le plus rapide lors de la première séance.

« En termes de performances, je pense que nous avons eu un excellent début de week-end ici à Bakou, a reconnu Verstappen. Il y avait beaucoup de vent aujourd’hui, ce qui n’a pas été facile pour aucun d’entre nous, mais cela rend définitivement les choses plus intéressantes. »

Lors des qualifications samedi, Verstappen tentera d’obtenir sa première position de tête depuis l’ouverture de la saison au Bahreïn en mars.

Perez a confié qu’il avait l’impression de « mieux comprendre la voiture » après s’être adapté à sa nouvelle équipe cette saison.

Le champion en titre Lewis Hamilton (Mercedes) a été limité à la 11e place – à plus d’une seconde du temps de référence – et son coéquipier Valtteri Bottas s’est contenté de la 16e.

Hamilton s’est montré perplexe : « Je ne sais vraiment pas où se trouve tout ce temps [en trop] », a-t-il lancé à son équipe à la radio.

« Nous avons clairement un gros déficit et je pense que tout le monde va se gratter la tête en étudiant les données pour essayer de comprendre comment nous pouvons progresser, a analysé Hamilton plus tard. La voiture est limitée. Il y a des zones où je devrais être plus rapide, mais il n’y a simplement pas assez d’adhérence. »

Mercedes est en voie de connaître un deuxième week-end décevant sur un circuit urbain après avoir été à la peine sur le circuit sinueux et relativement peu adhérent de Monaco, où Hamilton a terminé septième et où Bottas n’a pas réussi à compléter la course lorsqu’un écrou de roue s’est grippé. Bakou met les équipes au défi d’équilibrer la vitesse en ligne droite avec suffisamment d’adhérence pour gérer une section étroite et technique autour de la vieille ville.

Cette nouvelle démonstration de vitesse de Red Bull pourrait ajouter au différend avec Mercedes au sujet de ce que Hamilton a qualifié d’aileron arrière « flexible ». On croit que la structure de l’aileron des Red Bull descend de quelques centimètres à grande vitesse, réduisant potentiellement la traînée et augmentant le rythme sur la longue ligne droite du circuit urbain de Bakou.

De nouveaux tests de ces ailerons ont été annoncés par la FIA, mais ne prendront effet que lors de la prochaine course en France.

La journée a également été profitable pour Ferrari, la seule équipe avec un rythme comparable à Red Bull.

Carlos Sainz s’est classé troisième, à 0,128 seconde de Perez, et Charles Leclerc a terminé quatrième après avoir perdu son aileron avant lorsqu’il a bloqué une roue et a glissé dans la barrière.

Ferrari a déjà démontré un bon rythme sur un autre circuit urbain à Monaco alors que Leclerc a décroché la position de tête, mais n’a pas pu prendre le départ de la course après avoir endommagé sa voiture. Leclerc avait cependant prédit que la longue ligne droite à Bakou serait favorable à son équipe.

Le Québécois Lance Stroll (Aston Martin) n’a pu faire mieux que la 14e position (retard de 1,697 seconde), juste devant son coéquipier Sebastian Vettel.

« C’est un circuit très rapide, vous êtes constamment près du mur, et c’est un défi pour le pilote, a révélé Stroll. Vous pouvez gagner beaucoup de temps au tour au freinage parce que vous arrivez à grande vitesse, et choisir le bon point de freinage aide vraiment.

« Je pense que nous avons fait de bons progrès avec la voiture aujourd’hui. Nous avons beaucoup appris sur les réglages et je pense que nous pouvons faire des gains supplémentaires avec l’équilibre de la voiture. Nous passerons tout en revue ce soir et essaierons d’apporter des améliorations pour demain. »

Le temps en piste lors de la deuxième séance a été limité et fragmenté en raison des problèmes de Leclerc et d’un drapeau rouge lorsque le Canadien Nicholas Latifi a immobilisé sa Williams avec un problème de moteur.