(Indianapolis) Beth Paretta et Simona de Silvestro uniront leurs efforts dans l’espoir d’ajouter une autre femme sur la grille de départ de l’Indianapolis 500 en mai.

Michael MaroT
Associated Press

Elles obtiendront un peu d’aide, surtout d’autres femmes et du propriétaire le plus prestigieux de la série.

Mardi, l’équipe Paretta Autosport et les dirigeants de l’IndyCar ont annoncé qu’ils travailleront afin qu’une équipe essentiellement composée de femmes puisse participer à l’une des plus prestigieuses épreuves de la série, dans l’espoir d’augmenter la diversité dans le sport automobile.

De Silvestro, la recrue par excellence de l’Indy 500 en 2010, tentera de se qualifier sur la grille de 33 voitures au volant de sa Chevrolet no 16.

L’annonce survient moins de trois mois avant la première course prévue au calendrier de la série à Birmingham, en Alabama, et moins de cinq mois après la présentation du premier Indy 500 sans pilote féminine depuis 1999.

Ce n’est toutefois pas la première fois que Paretta tente de relever un tel défi.

En 2015, elle avait annoncé la création d’une équipe féminine comprenant la pilote Katherine Legge qui souhaitait se qualifier pour la présentation de la 100e édition de l’Indy 500. L’équipe de Paretta a cependant été incapable de dénicher une voiture performante, et en conséquence ses espoirs se sont envolés en fumée.

Ça ne devrait pas être le cas en 2021.

L’écurie Penske, la plus prestigieuse de l’histoire de la série qui est dirigée par Roger Penske, offrira le soutien technique à l’équipe de Paretta en vue de l’épreuve du 30 mai prochain.