On ne connaît pas encore le calendrier définitif du Championnat du monde de F1 2020, mais une version spéculative dévoilée jeudi sur certains sites spécialisés, écarte le Grand Prix du Canada, ainsi que ceux prévus aux Pays-Bas et à Singapour.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Décrit comme un « scénario idéal », le projet de calendrier comprend 19 épreuves, sur trois continents. Les Grands Prix d’Australie, de Monaco et de France avaient déjà été annulés.

Le promoteur François Dumontier et l’équipe du Grand Prix du Canada se sont étonnés de découvrir ce « calendrier » qui ne correspond pas aux discussions qu’ils ont sur une base régulière avec les dirigeants de la F1. Encore jeudi matin, ils ont d’ailleurs obtenu l’assurance que plusieurs scénarios étaient encore à l’étude et que les informations publiées n’étaient que des spéculations.

Dumontier a déclaré récemment espérer présenter le Grand Prix sur le circuit Gilles-Villeneuve vers la fin septembre. Plusieurs obstacles sont toutefois encore présents et rien n’indique qu’ils pourront tous être résolus d’ici là.

C’est d’ailleurs aussi le cas pour plusieurs autres épreuves. Les scénarios évoqués au cours des derniers jours dans la presse spécialisée indiquent que la première partie de la saison devrait être disputée en Europe. Si les deux premières épreuves, à huis clos en Autriche les 5 et 12 juillet, semblent acquises, la suite du calendrier est plus confuse.

Rien n’est réglé pour la présentation de deux épreuves à Silverstone, en Grande-Bretagne, et la situation reste également incertaine en Hongrie, en Espagne, en Belgique, en Italie, en Azerbaïdjan et en Russie, où les équipes pourraient ensuite se rendre.

La deuxième partie du calendrier pourrait prévoir de longs déplacements en Asie, en Amérique et au Moyen-Orient, avec toutes les contraintes et restrictions que cela représente. De toute évidence, on est encore loin d’un calendrier définitif et ce serait étonnant que toutes les pièces du scénario idéal tombent en place comme prévu.

Les dirigeants de la F1 espèrent présenter un calendrier définitif au début juin, quitte à devoir ensuite annuler certaines épreuves. C’est sans doute davantage cette échéance qui menace le Grand Prix du Canada. La situation à Montréal reste très inquiétante pour le moment et rien n’indique que les autorités seront prêtes à donner le OK pour l’organisation d’un évènement d’une telle envergure.

LE CALENDRIER SPÉCULATIF*

*5 juillet Autriche 1

12 juillet Autriche 2

26 Juillet Grande-Bretagne 1

2 août Grande-Bretagne 2

9 août Hongrie

23 août Espagne

30 août Belgique

6 septembre Italie

20 septembre Azerbaïdjan

27 septembre Russie

4 octobre Chine

11 octobre Japon

25 octobre États-Unis

1er novembre Mexique

8 novembre Brésil

22 novembre Vietnam

29 novembre Bahreïn 1

6 décembre Bahreïn 2

13 décembre Abu Dhabi

*Selon autosport.com et motorsport.com