Les 500 milles d’Indianapolis, qui devaient avoir lieu le 24 mai, ont été reportés au mois d’août en raison de la pandémie du coronavirus, a annoncé la série IndyCar jeudi.

Associated Press

C’est donc dire que la légendaire course ne sera pas présentée lors du week-end du’Memorial Day’pour la première fois depuis 1946.

L’épreuve sera plutôt disputée le 23 août.

« Le mois de mai à la piste d’Indianapolis est ma période préférée de l’année, et comme nos fans, je suis déçu que nous ayons dû changer la date des 500 milles d’Indianapolis », a déclaré Roger Penske, le géant du sport automobile qui a complété l’achat d’IndyCar et de la piste d’Indianapolis plus tôt cette année.

« Cependant, la santé et la sécurité des participants à notre épreuve et des spectateurs est notre principale priorité, et nous croyons que le report de l’évènement se veut la décision responsable compte tenu des conditions et des restrictions auxquelles nous faisons face. »

PHOTO AJ MAST, AP

Roger Penske

Vainqueur de la prestigieuse course en 1969, Mario Andretti était d’avis qu’un report était nettement préférable à une annulation.

« Je pense que le report est un scénario auquel tout le monde s’attendait de façon réaliste et au moins, ça nous donne une cible, a déclaré Andretti à l’Associated Press. Pour moi, c’est encourageant, c’est quelque chose dont nous avons tous besoin pendant que nous sommes confinés à l’intérieur, à regarder vers le plafond. »

La décision a été largement approuvée par tous ceux qui gravitent à l’intérieur de la série, et même ceux à l’extérieur, après deux semaines d’incertitude.

Des pilotes, comme Tony Kanaan, un favori de la foule, a déclaré que c’était la bonne chose à faire. A. J. Foyt, quadruple vainqueur de la course, un propriétaire d’écurie et longtemps un rival d’Andretti, a publié un communiqué dans lequel il affirme que les responsables de l’IndyCar font tout leur possible face à des circonstances inattendues.

Ryan Vaughn, président de Indiana Sports Corp. a rendu hommage aux responsables de la série pour avoir réussi à gérer une situation complexe qui implique le déplacement d’autres courses, la coordination de la couverture télévisée et l’agencement des qualifications et de la course lors de week-end consécutifs.

« C’est mieux que de ne rien avoir du tout », a déclaré Bill Ader, un homme de 56 ans qui vit à Greenwood, en Indiana, et qui a assisté à la course 20 fois depuis 1992.

« J’aime la tradition et tout le reste. Mais c’est l’IndyCar, et si c’est la date qu’ils ont choisie pour tenir la course, je vais probablement y être. »

L’Indy 500 a été présenté pour la première fois en 1911, mais il n’a pas eu lieu en 1917, 1918 et entre 1941 et 1945 à cause des deux premières guerres mondiales.

Tony Hulman a racheté le circuit, alors délabré, après la Seconde Guerre mondiale, et l’Indy 500 a été ressuscité pendant le week-end du’Memorial Day’à compter de 1946. Et il a toujours eu lieu à ce moment-là, jusqu’en 2020.

La série IndyCar devait lancer ses activités en 2020 sur le circuit routier d’Indianapolis, le 9 mai. Cette course sera plutôt présentée le 4 juillet, soit la veille des épreuves de la série NASCAR au Brickyard.

Entre-temps, à l’instar de la F1, la série IndyCar a annoncé qu’elle présentera un championnat virtuel, en attendant que la crise sanitaire mondiale se résorbe.

La première course d’Indycar virtuelle se déroulera samedi, avec 25 participants. La piste sur laquelle elle sera présentée sera déterminée par un vote du public.