L’équipe Mercedes, de nouveau la favorite pour remporter le championnat de Formule 1 en 2020, a dominé la dernière journée du premier bloc d’essais hivernaux. Valtteri Bottas a enregistré le meilleur chrono vendredi devant son coéquipier — et champion en titre — Lewis Hamilton.

Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse canadienne

Bottas, au volant de sa Mercedes, a signé un temps d’une minute et 15,732 secondes sur le circuit Catalunya de Barcelone. Il a retranché 0,784 seconde à celui de Hamilton.

Le pilote Renault Esteban Ocon, qui était pilote d’essai chez Mercedes l’an dernier, en a surpris plusieurs en s’adjugeant la troisième place, à 1,370 seconde du Finlandais.

Pour sa part, le Québécois Lance Stroll a obtenu le quatrième meilleur chrono, à 1,606 seconde de Bottas. Le pilote de l’équipe canadienne Racing Point n’a peut-être pas autant impressionné que son coéquipier Sergio Perez pendant ce premier bloc d’essais, mais il a tout de même bien fait. Le pilote de Mont-Tremblant a d’ailleurs été passablement sollicité avec 116 tours complétés vendredi.

PHOTO ALBERT GEA, REUTERS

Lance Stroll a obtenu le quatrième meilleur chrono de la journée.

« C’était bien d’avoir enfin une journée complète au volant de la voiture, a évoqué Stroll. Mercredi, je n’ai pris part qu’à la moitié de la journée, pour qu’on procède à des tests aérodynamiques. Ç’a fait du bien de tourner aujourd’hui, même si nous avons éprouvé quelques ennuis avec le système de démarrage de la voiture. En général, donc, c’était très positif.

« La voiture est très différente de celle de l’an dernier ; l’équipe a fait du très bon boulot pendant l’hiver pour la développer. Il s’agira maintenant d’identifier ses faiblesses, et de les corriger à temps pour le deuxième bloc la semaine prochaine. Une chose est sûre, cependant, c’est que nous sommes en bien meilleure posture qu’au même moment l’an dernier », a-t-il ajouté.

La journée de travail de l’autre pilote canadien inscrit au championnat de 2020, Nicholas Latifi, n’a pas été aussi satisfaisante.

Le Torontois a été contraint de s’immobiliser en bordure de piste en raison d’un pépin technique sur sa Williams en fin de matinée. L’équipe britannique a donc dû remplacer le bloc moteur de sa voiture avant de le retourner en piste, alors qu’il restait une heure seulement à la séance d’après-midi. Il s’est finalement contenté du 15e temps à 3,272 secondes.

« Ce n’est pas ce que j’espérais, a convenu Latifi. La dernière heure a été passablement occupée, car nous avons dû maximiser notre temps alloué en piste. »

Latifi n’est pas le seul à avoir vécu des problèmes avec sa voiture.

Le pilote Haas Kevin Magnussen a notamment été victime d’une violente sortie de piste après avoir été victime d’une crevaison. Daniel Ricciardo (Renault), Sebastian Vettel (Ferrari) et Lando Norris (McLaren) ont aussi été contraints de s’immobiliser pendant un certain temps en raison de divers pépins techniques sur leur voiture respective.

D’ailleurs, l’un des motifs pour lesquels Mercedes est favorite cette saison, c’est le piètre rendement de la «Scuderia» jusqu’ici — Vettel s’est contenté du 13e temps vendredi, à plus de 2,6 secondes de Bottas. Le directeur de Ferrari, Mattia Binotto, n’a pas caché sa déception après le premier bloc d’essais.

« Je ne suis pas aussi optimiste que l’an dernier, a convenu Binotto au site internet F1.com. Certaines voitures sont plus rapides que les nôtres, en ce moment. Il est difficile d’évaluer l’écart entre elles et nous, car je devrai analyser les données au cours des prochains jours, mais je ne crois pas que nous soyons aussi rapides qu’eux en ce moment.

« Sommes-nous préoccupés ? Bien sûr que oui, car nous ne sommes pas aussi rapides que nous le souhaiterions, a-t-il ajouté. Mais il est encore trop tôt pour identifier les problèmes, et trouver des solutions. Les trois derniers jours ont été très importants pour nous, parce que nous avons récolté des informations, aurons un portrait clair de la situation et identifierons les pistes de solutions. »

Le DAS ne sera toléré qu’en 2020, tranche la FIA

Par ailleurs, l’équipe Mercedes a appris vendredi que le système révolutionnaire qu’elle a dévoilé en primeur la veille ne sera admissible qu’en 2020.

Des images filmées par le promoteur de la F1 ont montré jeudi Hamilton en train de tirer sur le volant de sa Mercedes dans une ligne droite, déclenchant simultanément un mouvement de resserrement des roues. Interrogé lors d’une conférence de presse, le directeur technique de Mercedes, James Allison, avait répondu que la FIA était au courant de l’existence de ce système et qu’elle l’avait approuvé.

Cependant, la FIA a indiqué vendredi matin que le système DAS — pour direction à axe double — ne sera plus toléré à la suite de l’adoption des nouveaux règlements qui entreront en vigueur à compter de 2021.

Mercedes pourra approfondir ses connaissances avec ce nouveau système la semaine prochaine, lors du deuxième bloc de trois jours d’essais.

Les essais hivernaux ont été réduits de huit à six jours afin de compenser l’augmentation de nombre de courses (22) au calendrier, à la suite de l’arrivée des Grands Prix du Vietnam et des Pays-Bas. Les essais de mi-saison ont aussi été abolis.

La saison de F1 se mettra en branle le 15 mars avec le Grand Prix d’Australie.

Le Grand Prix d’Espagne, qui se déroule annuellement sur le circuit Catalunya de Barcelone, aura lieu le 10 mai.