(Mugello) Une semaine après la victoire du Français Pierre Gasly à Monza, le championnat du monde de Formule 1 fait ce weekend étape non loin, au Mugello, un circuit sur lequel il n’a jamais couru et où Ferrari fêtera son 1000e Grand Prix.

Agence France-Presse

C’est habituellement le MotoGP qui a l’honneur du circuit toscan, propriété de Ferrari dont le fief de Maranello est à une centaine de kilomètres.

Long de quelque 5200 mètres, rapide avec ses longues courbes sans zones de freinage particulièrement appuyées, il devrait soumettre les cous des pilotes de F1 à rude épreuve.

Le vétéran du plateau, Kimi Räikkönen, 40 ans, se souvient que c’est sur ce circuit qu’il a fait son premier test en F1 en 2000 sur une Sauber. « Je ne pense toutefois sérieusement pas que ces quelques jours il y a 20 ans vont m’avantager ce weekend. Mais cela sera bien d’être de retour avec la même équipe qu’alors », souligne-t-il, son actuelle écurie, Alfa Romeo étant le nouveau nom de Sauber.

Gasly, le héros de Monza, a fêté sa première victoire en F1 comme il se doit et son écurie Alpha Tauri a elle aussi son siège non loin, à Faenza. Répéter son exploit, largement imputable à un concours de circonstances favorable, sera toutefois difficile, sa voiture ne se battant généralement pas pour les toutes premières places.

Pour Ferrari, ce qui aurait dû être une fête, est gâché par les mauvais résultats des dernières courses et l’annonce, jeudi, que son pilote Sebastian Vettel, que l’on savait déjà sur le départ va rejoindre Racing Point (future Aston Martin) à compter de l’an prochain.

Certes, les monoplaces italiennes arboreront un rouge vermeil évocateur de celui d’antan et le pilote de Formule 2 Mick Schumacher, qui fait partie des jeunes poulains couvés par Ferrari, pilotera dimanche pour une démonstration la monoplace qui avait apporté à son illustre père, Michael, son 5e titre — sur 7 au total — avec la Scuderia en 2004.

L’écurie au cheval cabré aura surtout à cœur de ne pas répéter le désastre de Monza avec deux abandons, après celui de Spa où ni Charles Leclerc, ni Sebastian Vettel n’étaient parvenus à terminer dans les points.

Le grand rival, Mercedes, cherchera aussi à prendre sa revanche après le demi-échec de Monza, où Hamilton n’a pu faire mieux que 7e après une pénalité consécutive à un arrêt au stand interdit et son coéquipier Valtteri Bottas, 5e, a été anonyme.

Quid d’Albon ?

Le sextuple champion britannique caracole en tête du championnat après 8 épreuves et Bottas est à 47 points derrière lui. Son but sera de remporter sa 6e victoire de la saison, la 90e de sa carrière, qui le rapprochera encore davantage du record de Schumacher (91).

Après leur contre-performance à Monza (abandon pour Max Verstappen, 15e place pour Alexander Albon), les Red Bull tenteront d’exploiter le fait qu’aucune écurie n’a de référence sur le Mugello. L’équipe dirigée par Christian Horner excelle en général à profiter des conditions inhabituelles.

Tous les yeux seront cependant fixés sur le jeune thaïlandais Albon. Appelé l’an dernier à la mi-saison pour remplacer Gasly, lui-même rétrogradé au sein de l’écurie cadette Alpha Tauri (qui s’appelait encore à l’époque Toro Rosso), il déçoit. Surtout comparé au Français qui a gagné avec une monoplace considérée comme inférieure.

Helmut Marko, le responsable de la filière pilotes chez Red Bull, jure qu’il n’est pas question de faire marcher aujourd’hui l’ascenseur en sens inverse, mais ses déclarations sont loin d’être prises pour argent comptant.

La bataille sera toujours aussi rude dans les écuries du deuxième tiers du plateau, à savoir McLaren, Racing Point et Renault.

Avec la 2e place de Carlos Sainz Jr à Monza, McLaren a montré qu’elle pouvait maintenant prétendre à remplacer Ferrari dans le trio de tête et devra le confirmer ce weekend.

Racing Point, 3e à Monza avec Lance Stroll, veut confirmer qu’elle est maintenant une écurie de pointe, surtout après avoir annoncé jeudi l’arrivée de Vettel.

Enfin, les Renault se montrent très rapides, mais peinent à concrétiser en course. Elles doivent absolument enregistrer un bon résultat en Toscane si elles ne veulent pas voir leurs rivales s’échapper au championnat.