(Silverstone) L’équipe Mercedes a encore dominé le Grand Prix de Grande-Bretagne, dimanche à Silverstone, mais des ennuis de pneus en fin de course ont bien failli lui coûter la victoire, Lewis Hamilton ne s’imposant que de justesse devant Max Verstappen (Red Bull) et Charles Leclerc (Ferrari), pendant que son coéquipier Valtteri Bottas était repoussé au 11e rang après un ravitaillement d’urgence. Déception pour Lance Stroll, qui ne sauve la neuvième place qu’à la faveur des ennuis des autres concurrents.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

HAMILTON A FAILLI PERDRE…

L’équipe Mercedes a connu ses premiers gros ennuis de la saison, dimanche sur le circuit de Silverstone, mais cela n’a pas empêché le Britannique Lewis Hamilton de remporter sa troisième victoire de la saison, sa septième chez lui en Grande-Bretagne (un record), et de prendre le large au classement du Championnat des pilotes. Il s’en est pourtant fallu de peu pour qu’Hamilton ne puisse terminer la course, une crevaison l’obligeant à finir le dernier tour sur trois roues.

« Ce dernier tour a été l’un des plus exigeants que j’ai eu à faire. Quand j’ai entendu à la radio que l’un des pneus de Valtteri avait lâché, j’ai bien observé les miens et j’ai ralenti un peu. C’est alors que j’ai vu mon pneu se dégonfler dans la ligne droite, et j’ai eu l’un de ces moments quand le cœur nous monte dans la bouche. J’ai essayé d’aller le plus vite possible sans abîmer la voiture. Bono [Peter Bonnington, son ingénieur de course] me donnait l’écart [avec Verstappen], ça descendait rapidement et je me demandais si j’atteindrais à la ligne d’arrivée… Mais j’y suis parvenu ! »

Hamilton, qui a l’habitude de « surfer » sur la foule de ses partisans après ses victoires à Silverstone, a évidemment regretté l’absence des spectateurs dans ce qui est considéré comme l’un des temples du sport automobile. « Cela a été difficile d’aller sur le podium sans la foule, mais j’espère avoir rendu fiers tous ceux qui me soutenaient à la maison. »

Moins chanceux que son coéquipier, Valtteri Bottas a subi une crevaison à trois tours de l’arrivée et il n’a pu revenir qu’au 11e rang, hors des points, après son changement de pneus. Le Finlandais, qui était resté à portée du meneur jusque-là, loin devant leurs poursuivants, glisse ainsi à 30 points de Hamilton au championnat des pilotes et ne devance plus Verstappen que par six points (58-52).

« J’ai souvent dit qu’il ne suffit pas d’avoir la voiture le plus rapide pour réussir des doublés à chaque course, a rappelé le directeur de Mercedes, Toto Wolff. Cette course nous l’a rappelé ; Valtteri a perdu une belle deuxième place et l’équipe a perdu de précieux points au championnat des constructeurs. Nous allons donc demeurer sceptiques. Nous savons que nous avons une voiture rapide, un moteur puissant, mais nous ne tiendrons rien pour acquis tant que nous n’aurons pas franchi la ligne d’arrivée de chaque Grand Prix. »

ET VERSTAPPEN AURAIT PU GAGNER

Max Verstappen se disait heureux de sa deuxième place après la course, mais il regrettait sûrement d’être passé à côté de sa première victoire de la saison. Le Néerlandais était troisième à trois tours de l’arrivée, encore loin des Mercedes, quand son équipe a décidé de le faire entrer aux puits pour chausser sa Red Bull de pneus tendres et tenter de signer le tour le plus rapide. Verstappen a effectivement obtenu le point lié à cet exploit, mais il a perdu la chance de doubler Hamilton dans le dernier tour, quand le Britannique a subi une crevaison.

PHOTO FOURNIE PAR LA FIA VIA REUTERS

Max Verstappen

« Nous avons été à la fois chanceux et malchanceux, a confié Verstappen après la course. Nos pneus n’étaient plus très bons avec une dizaine de tours à faire et j’en parlais avec les ingénieurs à la radio. Valtteri a eu sa crevaison et je leur ai dit que j’allais ralentir un peu. Ils m’ont alors fait entrer pour y aller pour le meilleur tour, et c’est là que Lewis a aussi eu une crevaison… Je suis quand même très heureux de cette deuxième place, un très bon résultat pour l’équipe. »

Le deuxième pilote de Red Bull, Alex Albon, a connu une autre course mouvementée avec un accrochage au premier tour qui a causé l’abandon de Kevin Magnussen, un arrêt imprévu, une pénalité de cinq secondes et une belle remontée.

« On peut dire que nous avons été un peu malchanceux de rater la victoire aujourd’hui, mais Mercedes avait la meilleure voiture et cela aurait plutôt été une victoire chanceuse », a souligné le directeur de Red Bull, Christian Horner, qui a aussi avoué que Verstappen avait lui aussi des inquiétudes au sujet de ses pneus. « Nos deux pilotes ont profité des ennuis de Bottas et nous sommes très satisfaits du résultat. Je crois que nous avons progressé depuis le début de la saison et nous avons vu aujourd’hui qu’il fallait maintenir la pression sur ceux qui nous devancent, car on ne sait jamais ce qui peut survenir en course. »

LECLERC ENCORE OPPORTUNISTE, LES RENAULT BIEN PLACÉES

La lutte est particulièrement vive cette saison en milieu de peloton, d’autant plus que les ennuis de Ferrari ont ramené l’équipe italienne au niveau de McLaren, Renault et Racing Point. Le Monégasque Charles Leclerc a toutefois encore montré dimanche qu’il était un pilote d’exception en arrachant son deuxième podium de la saison avec une troisième place certes chanceuse, mais bien méritée. Son coéquipier Sebastian Vettel n’a jamais été dans le coup et s’est contenté de la 10e place.

De son côté, l’équipe Renault a signé son meilleur résultat de la saison avec les quatrième et sixième places de Daniel Ricciardo et Esteban Ocon. Ce dernier a longtemps été bloqué derrière son ami Lance Stroll, mais il a finalement pu doubler le Canadien et profiter des ennuis de ses concurrents en fin de course.

PHOTO ANDREW BOYERS, AFP

Lance Stroll (à gauche) et Esteban Ocon (à droite)

« Il s’agit de l’un de nos meilleurs résultats depuis notre retour en F1, a souligné le directeur de l’équipe, Cyril Abiteboul. Nous avons été un peu chanceux à la fin, mais cela n’enlève rien à notre performance. Après un début de saison plus difficile, nous savions que nous serions plus compétitifs à Silverstone et nous allons continuer de travailler pour combler l’écart qui nous sépare encore de nos concurrents directs. »

Abiteboul a confirmé par ailleurs que Renault avait encore déposé une réclamation contre l’équipe Racing Point, soupçonnée d’utiliser des pièces illégales sur sa voiture.

Chez McLaren, l’Espagnol Carlos Sainz a lui aussi été victime d’une crevaison à son pneu avant gauche, le plus sollicité à Silverstone, et il a perdu le bénéfice d’une belle course dans le dernier tour. Son coéquipier Lando Norris en a toutefois profité et sa cinquième place permet à l’équipe d’occuper le troisième rang du championnat des constructeurs avec 51 points, derrière Mercedes (146) et Red Bull (78), mais devant Ferrari (43), Racing Point (42) et Renault (32).

DÉCEPTION POUR STROLL ET RACING POINT

Le week-end avait bien mal commencé pour l’équipe Racing Point avec le forfait du Mexicain Sergio Perez, atteint par la COVID-19. Lance Stroll avait fait illusion vendredi en signant le meilleur temps de la deuxième séance d’essais libres, mais le Canadien n’a pu garder son rythme par la suite.

Parti de la sixième place, Stroll s’est contenté de la neuvième en course et il aurait bien pu être exclu des points, n’eût été les nombreuses crevaisons survenues à ses concurrents en fin de course. « Nous avons encore marqué des points, mais je suis déçu de n’avoir pu faire mieux que cette neuvième place, a convenu le Canadien après la course. Il va falloir prendre du recul et tenter de comprendre les raisons de ce résultat. »

PHOTO BRYN LENNON, ASSOCIATED PRESS

Lance Stroll a terminé au 9e rang.

« L’équilibre de la voiture était meilleur aujourd’hui [que samedi] et j’anticipais que nous serions plus compétitifs, mais nous avons reculé pendant toute la course. Il va falloir se concentrer sur le week-end prochain afin de revenir plus fort et de montrer ce dont cette voiture est vraiment capable. »

Comble de malchance, l’Allemand Nico Hulkenberg, remplaçant de Perez, n’a pas pris le départ après qu’on a découvert un problème d’embrayage sur sa voiture, quelques minutes avant la formation de la grille de départ. « Un après-midi difficile, a reconnu le directeur de Racing Point, Otmar Szafnauer. Cela a commencé avec les ennuis de Nico, dont nous n’avons jamais pu démarrer la voiture. C’est vraiment dommage après tous les efforts pour lui permettre de remplacer Sergio [Perez].

« Avec Lance, nous n’avons pas été chanceux avec le synchronisme des sorties de la voiture de sécurité, qui nous ont empêchés de tirer parti de l’avantage d’être parti sur des pneus médiums. Nous avons ensuite été pris dans le train des voitures et nous n’avons pu retrouver le même rythme que lors des essais de vendredi. Il va falloir étudier les données et comprendre ce qui s’est produit afin de faire mieux la semaine prochaine. »

On dit depuis le début de la saison à quel point la Racing Point RP20 a un beau potentiel. L’équipe n’a malheureusement pas encore montré jusqu’ici qu’elle avait les moyens pour bien l’exploiter.

DES PROGRÈS POUR LATIFI

Le Canadien Nicholas Latifi ne dispose pas d’une voiture aussi compétitive que Lance Stroll, mais il poursuit son apprentissage de la F1 avec beaucoup d’application et profite lentement des progrès de son équipe. Les Williams sont ainsi revenues au niveau des Alfa Romeo, et Latifi en a profité dimanche pour livrer quelques batailles et devancer quelques concurrents à l’arrivée avec une 15e place.

« Je crois que des quatre courses disputées jusqu’ici, celle-ci a été celle pendant laquelle la voiture a été la plus compétitive. J’ai commis une erreur dans le premier tour, mais je me suis bien repris par la suite et j’étais assez confiant pour attaquer et me battre avec d’autres concurrents. Une course très satisfaisante, donc ! »

>>> Consultez le classement du Grand Prix de Grande-Bretagne : https://www.formula1.com/en/results. html/2020/races/1048/great-britain.html

Prochaine épreuve : Grand Prix du 70e anniversaire de la F1, à Silverstone, 9 août