(Los Angeles) Ému aux larmes, Bubba Wallace, seul pilote noir titulaire en NASCAR, a été soutenu activement par ses homologues avant la course de lundi à Talladega, en Alabama, alors que les autorités fédérales enquêtent sur la corde de pendu trouvée dimanche dans son garage.

Agence France-Presse

La séquence, forte et solennelle, témoigne du soutien affiché par quasiment tout le paddock à Wallace. Une demi-heure avant le début de la course, reportée la veille à cause des orages, pilotes et staffs se sont massés derrière sa Chevrolet et l’ont poussée sur la ligne de départ.

Le pilote, enlacé par de nombreux autres, n’a pu retenir ses larmes. Il a immortalisé la scène avec son téléphone et posté le cliché sur son compte Twitter, légendé d’un seul mot, « Together » (ensemble).   

Plus tôt lundi, les autorités fédérales ont décidé d’ouvrir une enquête, au lendemain de la découverte de cette corde de pendu, qui rappelle les lynchages pratiqués aux États-Unis pendant les périodes esclavagiste et ségrégationniste.  

« Le procureur fédéral, le FBI et la Division des droits civils du ministère de la Justice examinent la situation […] afin de déterminer s’il y a eu violation de la loi fédérale », a indiqué dans un communiqué le procureur Jay Town, pour qui « ce type d’action n’a pas sa place dans notre société ».

« Furieuse et outrée », la NASCAR avait immédiatement fait savoir dimanche « à quel point » elle prenait « au sérieux cet acte de haine ». « Nous avons ouvert une enquête immédiate et ferons tout ce que nous pourrons pour identifier la ou les personnes responsables et les éliminer de notre sport. »

« Aux côtés de Bubba »

« Il n’y a aucune place pour le racisme au sein de la NASCAR », avait ajouté l’instance qui a aussi affiché son soutien à Wallace lundi, avec une inscription « #IstandwithBubba » peinte sur l’herbe du circuit de Talladega, juste devant les stands.

Ce dernier, fermement engagé dans la lutte contre les inégalités raciales aux États-Unis, a récemment soutenu la décision de la NASCAR de bannir de ses compétitions le drapeau confédéré, considéré par beaucoup comme un symbole de l’esclavagisme et du racisme.

Le pilote de 26 ans avait réagi dimanche sur Twitter en se disant « incroyablement triste » face à ce « méprisable acte de racisme ». « Cela ne me brisera pas. Je ne renoncerai pas, et je ne reculerai pas », avait-il ajouté.

« Mon frère ! Sache que tu n’es pas seul ! Je suis avec toi ainsi qu’avec tous les autres sportifs », l’a soutenu le basketteur LeBron James, superstar de la NBA, en qualifiant cet acte d’« écœurant ».  

Lundi, joignant la parole aux actes, de grandes figures de la NASCAR ont également exprimé leur soutien et leur colère, comme Richard Petty, légende de ce championnat âgée de 82 ans, qui a condamné un « acte sale (qui) nous rappelle jusqu’où nous devons encore aller pour éradiquer les préjugés raciaux ».

« La personne malade qui a commis cet acte doit être retrouvée et rapidement expulsée de la NASCAR », a-t-il continué, ajoutant : « Je suis aux côtés de Bubba, hier, aujourd’hui, demain et chaque jour qui viendra. »