(Paris) Lewis Hamilton se revendique écolo, la F1 vise zéro émission carbone en 2030, la Formule E fait le plein de constructeurs, le MotoGP inaugure sa catégorie électrique : les sports mécaniques accélèrent leur mise au vert.

Raphaëlle PELTIER
Agence France-Presse

« La seule manière pour le sport auto et l’automobile de survivre est de prendre en compte ce qui se passe dans le monde. On ne peut pas continuer à polluer comme si de rien n’était et, si nous voulons attirer l’attention des jeunes générations, nous devons être écoresponsables », estime Felipe Calderon, qui préside la commission environnement et développement durable de la Fédération internationale de l’automobile (FIA), créée il y a deux ans.

PHOTO KAMRAN JEBREILI, AP

La Formule 1 a émis 256 551 tonnes de CO2 en 2019. C'est l'équivalent de 765 vols transatlantiques en Airbus 330.

Pour l’ancien président du Mexique, « la principale source de ce mouvement est la pression de l’opinion publique, en particulier après la COP21 à Paris en 2015 ». « Les acteurs, et notamment les entreprises, prennent leurs responsabilités, mais ils constatent aussi qu’il y a un profond changement des préférences des consommateurs et essayent de capter des parts de marché auprès des jeunes », analyse-t-il.

On ne peut pas continuer à polluer comme si de rien n’était.

Felipe Calderon, président de la Commission environnement de la FIA

Signe des temps, la Formule E, catégorie de monoplaces 100 % électriques qui est aussi relativement peu onéreuse, avance cette saison la présence record de dix constructeurs, parmi lesquels Mercedes, Porsche, Audi, Nissan ou encore BMW. Et Volkswagen, dont la réputation a été ternie par le scandale des moteurs truqués, a annoncé en novembre renoncer à la compétition avec des véhicules thermiques.

PHOTO ISABEL INFANTES, AFP

Lewis Hamilton a ouvert un restaurant végane à Londres, mais il a exclu de piloter en Formule Électrique et est actif dans l'industrie du vêtement, qui a une grande empreinte de CO2.

Ce mouvement s’est trouvé un ambassadeur : le sextuple champion du monde de F1 Lewis Hamilton, chantre de la protection de l’environnement et des espèces animales et végétalien depuis 2017.

Auteur d’une sortie remarquée sur Instagram contre l’agriculture intensive et l’élevage fin octobre, le Britannique, critiqué en retour pour son activité professionnelle et ses voyages multiples, maintient que « faire partie du problème n’est pas le plus important, faire partie de la solution l’est ».

Faire partie du problème n’est pas le plus important, faire partie de la solution l’est.

Le champion du monde de F1 Lewis Hamilton

« On a un rôle de vitrine et c’est pour ça qu’on doit montrer la voie », abonde Jorge Viegas, le patron portugais de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM), qui a lancé en 2013 un programme de sensibilisation au développement durable en marge du Grand Prix d’Italie.

La moto aussi cherche le chemin vert

En parallèle de l’électrification (moteurs hybrides en Formule 1 depuis 2014, en Championnat du monde d’endurance auto depuis 2012 ou encore en Championnat du monde des rallyes à partir de 2022, moteurs 100 % électriques en Formule E depuis 2014 ou encore en MotoE depuis cette année), l’utilisation de biocarburants, notamment l’hydrogène, est l’autre voie explorée en piste.

PHOTO PIERRE-PHILIPPE MARCOU, AFP

Le pilote Valentino Rossi durant le MotoGP de Valence, le 15 novembre 2019.

Outre le bénéfice en termes d’image, « dans les années 60, le développement et l’innovation ont aussi eu lieu sur les circuits », rappelle l’ancien pilote autrichien de F1 Gerhard Berger. « C’est la contribution que nous pouvons et voulons faire », ajoute le patron du DTM, le prestigieux championnat allemand de voitures de tourisme, qui envisage un virage vers l’électrique.

« Quelle que soit la motorisation, électrique ou hybride, l’enjeu est de moins émettre, mais le fait est que l’objectif des sports mécaniques étant d’aller vite et de mettre en avant des voitures surpuissantes, ça va forcément avoir une incidence sur la consommation des véhicules. On banalise l’inefficacité énergétique », balaye Stéphen Kerckhove, délégué général de l’association Agir pour l’Environnement.

« Tous les sports vont devoir se repenser »

Ce ne sont par ailleurs pas les courses elles-mêmes qui génèrent la plus grande partie de la pollution liée aux sports mécaniques mais l’organisation des événements.  

Sur 256 551 tonnes de CO2 émises par la F1 en 2019 (une tonne équivalent par passager à un aller-retour Paris-New York en avion), seuls 0,7 % sont liés aux moteurs, le reste aux autres activités organisées sur les circuits (7,3 %), au transport du matériel (45 %), aux déplacements des personnels (27,7 %) et au fonctionnement des bureaux et usines (19,3 %), selon des chiffres publiés en novembre.

La F1 a émis 256 551 tonnes de CO2 en 2019

C’est pourquoi la catégorie reine du sport automobile a annoncé son intention de réduire drastiquement ses émissions de CO2 en adoptant « une logistique et des moyens de transport ultraefficients, ainsi que des bureaux, des installations et des usines fonctionnant à 100 % à l’énergie renouvelable. »

Alors que l’auto et la moto ont entamé leur mue, la problématique est plus vaste, insiste le pilote français Nicolas Prost.  

« Plein de sports polluent d’une manière différente et tous vont devoir se repenser, être plus écologiques, avoir un impact carbone global moins important », plaide l’ancien pilote de Formule E, concurrent du Trophée Andros, compétition pionnière dans le domaine de l’électrique depuis 2009.