Le puissant séisme qui a secoué Mexico en septembre a entraîné de nombreux effondrements, tué plus de 200 personnes et ébranlé la confiance de ses quelque 20 millions d'habitants.

Publié le 27 oct. 2017
ASSOCIATED PRESS

La piste et la majestueuse tribune principale en béton de l'Autodromo Hermanos Rodriguez s'en sont sorties indemnes et le Grand Prix de Formule 1 du Mexique, ainsi que ses imposantes foules, ses confettis et ses traditionnels sombreros seront au rendez-vous ce week-end. Mexico aura l'occasion de montrer au monde entier qu'elle s'est relevée de cette catastrophe naturelle, même si dans certains secteurs les dégâts sont encore bien visibles.

Le pilote mexicain Sergio Perez pose devant sa VJM10 Force India, avec le drapeau du Mexique. Photo: AFP

Casque de la solidarité mexicaine pour Perez

Pour le pilote mexicain Sergio «Checo» Perez, cette course pourra lui permettre de jouer le rôle d'ambassadeur pour sa discipline et son pays, à un moment critique de son histoire. Perez se trouvait dans sa ville natale, à Guadalajara, lorsqu'un séisme de magnitude 7,1 s'est produit le 19 septembre, et il a rapidement versé environ 165 000 $ US aux victimes. La piste elle-même a servi de lieu d'entreposage des denrées pour les victimes, dans les jours qui ont suivi la catastrophe.

Perez portera un casque spécial ce week-end sur lequel seront peints la carte du Mexique et le secteur touché par le séisme, accompagnés de la phrase «Todo Mexico Unido! (Le Mexique entier est uni!)»

«C'est très dur depuis le mois dernier pour mon pays. Ce qui s'est produit est tragique, mais j'ai été impressionné par la façon dont le Mexique a répondu, ainsi que le monde entier, a mentionné Perez jeudi. Je savais que je devais faire quelque chose pour mes compatriotes... (le casque) sert à rappeler à tout le monde que nous sommes unis.»

Le Grand Prix du Mexique, qui doit attirer plus de 300 000 spectateurs, pourrait même devoir organiser une grande fête en l'honneur de Lewis Hamilton s'il termine au 5e rang, ce qui lui confèrerait le championnat des pilotes 2017.

Le pilote Mercedes s'approche d'un quatrième championnat en carrière. Il vise également une 10e victoire cette saison, et n'a besoin que de se hisser parmi le top-5 pour s'adjuger le titre dimanche.

Sergio Perez tient son casque, sur lequel il a fait inscrire «Le Mexique entier est uni!», en espagnol, une allusion au terrible séisme du mois dernier. Photo: Reuters

Hamilton le couteau entre les dents

«Je suis ici pour gagner, a mentionné Hamilton. Je ne vise rien d'autre que le premier rang... Comment est-ce que je me sentirais de terminer cinquième et d'obtenir le championnat ? Ce ne serait pas l'idéal. Je veux être sur la plus haute marche du podium.»

Hamilton a gagné cinq des six dernières courses, dont le Grand Prix des États-Unis la semaine dernière au Texas. Ses succès en deuxième portion de saison lui ont permis de larguer son principal adversaire, le pilote Ferrari Sebastian Vettel, qui devra gagner les trois dernières courses et espérer que le pilote Mercedes ne commette quelques bourdes pour lui soutirer le titre.

Mais Vettel n'abandonnera pas. Il a fini deuxième à Austin et prévoit de nouveau livrer un bon duel à Hamilton.

«Ce n'est pas fini, a martelé Vettel. Nous n'avons plus le contrôle dans cette course au titre, mais nous voulons gagner les trois dernières courses.»

Le Britannique Lewis Hamilton, en route vers la conférence de presse hier. Il peut gagner le championnat des pilotes dimanche s'il termine 5e ou mieux. Mais il veut «être sur la plus haute marche du podium». Photo: AP