Jacques Villeneuve devait se trouver en Europe, cette semaine, pour essayer de finaliser une entente qui lui permettrait d'effectuer un retour en Formule 1.

Chris Jenkins ASSOCIATED PRESS

Puis, l'occasion d'essayer de se qualifier pour une course de la Coupe Sprint sur le circuit d'Indianapolis s'est présentée à la dernière minute. Villeneuve a donc décidé de remettre à plus tard les discussions et il a repris le volant.

«L'opportunité s'est présentée il y a juste une semaine, environ, a dit Villeneuve. C'est vraiment arrivé à la dernière minute.»

Le vainqueur des 500 milles d'Indianapolis en 1995 et champion du monde de F1 en 1997 n'a pas couru de façon régulière depuis 2006.

Si le Québécois de 39 ans a confirmé qu'il tente d'obtenir une équipe de Formule 1, il est également intéressé par un volant à temps plein en NASCAR.

Villeneuve tentera donc de qualifier la Toyoto no 32 de l'équipe Braun Racing, samedi.

«Il y a beaucoup de choses qui se passent, et jusqu'au moment où quelque chose est finalisé, vous devez considérer toutes les occasions qui surviennent, a dit Villeneuve. J'aime vraiment beaucoup conduire en NASCAR. C'est pourquoi je suis revenu de ce côté-ci de l'Atlantique en 2006, pour me concentrer sur le NASCAR.»

La Toyota 32 est un bolide nouvellement conçu pour une équipe qui ne participe pas à toutes les courses de la coupe Sprint. Villeneuve a déjà pris part à des épreuves de la série Nationwide sur circuit routier pour Braun - le plus récemment à Road America, où il a très bien fait avant qu'un problème électrique ne le prive d'une place potentielle dans le top 5.

Villeneuve est principalement considéré comme un spécialiste des circuits routiers en NASCAR, mais il veut montrer ce qu'il peut faire sur les ovales.

Malgré son expérience sur la piste d'Indianapolis - en plus des 500 milles, il s'y est déjà trouvé en F1, en configuration de circuit routier - le tracé n'est pas idéal pour un pilote à temps partiel, qui tente de s'ajuster au rythme de ses rivaux.

«C'est certain que c'est difficile pour un gars qui n'est pas là à toutes les semaines, a dit Tony Stewart, qui a réussi avec succès le passage des monoplaces aux bolides du NASCAR. C'est évident qu'on met beaucoup d'emphase sur cette course. Il a déjà été champion ici, alors il connaît l'endroit. La question est de savoir s'il peut avoir autant de succès dans un stock car.»

La piste d'Indianapolis en est une où il est difficile pour les équipes de déterminer les réglages qui vont fournir une vitesse optimale.

«C'est un très grand défi, parce qu'on ne peut pas se préparer comme on le voudrait, a dit Villeneuve. Si vous me placez sur le circuit routier, pas de problème, mais là on a affaire à un ovale difficile, et l'équipe n'a pas une grande base de données sur la piste non plus. Il faudra voir comment ça va se passer. Les premiers tours seront un peu difficiles.»

Si Villeneuve parvient à se qualifier, son expérience lui indique de ne pas être trop agressif trop rapidement.

«C'est une longue épreuve, et il se passe beaucoup de choses sur cette piste, a dit Villeneuve. Il n'y a pas de raison de prendre des risques inutiles en début de course.»

Peu importe ce qui arrivera cette fin de semaine, Villeneuve devra déterminer quel sera son avenir en course automobile. Il a eu des discussions avec la compagnie italienne Durango, qui pourrait tenter de former une équipe en F1 en 2011.

«L'occasion était là, alors il était hors de question de rester indifférent, a mentionné Villeneuve. Je n'ai pas de voiture à temps plein ici de toute façon, alors je ne peux pas ignorer quelque chose et simplement rester chez moi.»

Villeneuve est passé près de faire un retour en F1 avec ce qui aurait été une nouvelle écurie, cette année, mais cela ne s'est pas concrétisé car l'équipe potentielle n'a pas reçu l'approbation de se joindre au circuit.