Les Fêtes sont tranquilles cette année. Pas de marmaille qui crie. Pas de parents, de frères, de sœurs, de cousins, de cousines, d’oncles, de tantes et d’amis qui veillent à la maison. Pas de mauvais karaokistes non plus.

Publié le 2 janvier

C’est… trop calme.

Il ne reste que vous… et moi… et bzzzz. Bzzzz. Bzzzz. C’est quoi, ça ? Bzzzz. Bzzzz. Bzzzz. Ah, ça ? C’est votre cerveau qui quitte le mode « veille ». Il craint la suite. Pendant les trois prochaines minutes, il devra encaisser, déchiffrer et comprendre les statistiques sportives les plus incroyables, insolites et inutiles de l’année. Attention : à la fin de cette chronique, votre cerveau pourrait exploser !

PHOTO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM DE NICOLAS BODEREAU

Nicolas Bodereau

10. En octobre, le Français Nicolas Bodereau, 23 ans, a battu un record du monde en réalisant 8004 redressements assis en une heure. Calculette, s’il vous plaît : ça fait plus de deux redressements assis par seconde, pendant toute la durée d’un match de hockey. Impressionnant. Mais attendez. Il y a mieux. Un autre Français, Roger Prévost, en a réussi 6745. C’est vrai, c’est moins. Sauf que M. Prévost, lui, était âgé de… 85 ans !

PHOTO ED JONES, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Andrea Marcato court dans les rues de New York.

9. Vous aimez courir ? Andrea Marcato aussi. À l’automne, cet ultra-marathonien a joggé de 6 h à minuit, pendant 42 jours de suite, pour un total de 4897 km. C’est à peu près la distance, à vol d’oiseau, entre Londres et Québec. Par contre, Andrea Marcato a vu peu de pays ; il a réalisé son exploit en faisant 5649 fois le tour d’un seul et même pâté de maisons, à New York.

PHOTO BRETT DAVIS, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Les Wizards de Washington affrontaient les Hawks d’Atlanta, le 1er novembre.

8. Le 1er novembre, les Wizards de Washington ont réussi tous leurs lancers francs : 16 en 16. Mieux encore ? Leurs adversaires, les Hawks d’Atlanta, ont aussi fini le match avec une fiche parfaite : 29 en 29. Jamais deux équipes de la NBA n’avaient marqué autant de points grâce à des lancers francs sans en rater un seul.

PHOTO GEOFF BURKE, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Tom Wilson, des Capitals de Washington (43)

7. Le 28 janvier, Tom Wilson, des Capitals de Washington, a marqué un but dans un filet désert. Je sais, je sais, ça vous en prend plus que ça pour être impressionné. Alors pourquoi je vous en parle ? Parce que ce fut le seul tir cadré des Capitals dans toute la troisième période. Bzzzz. Bzzzz. Bzzzz.

6. J’adore le baseball. Pourquoi ? Parce que même quand on pense avoir tout vu, il se produit encore des évènements inexplicables.

  • En avril, le lanceur Joe Musgrove a réussi un match sans point ni coup sûr. C’est assez fréquent, non ? En effet. Sauf si vous jouez pour les Padres de San Diego. C’était le premier de l’histoire de la franchise, après 8205 parties.
  • En mai, le lanceur Corbin Burnes, des Brewers de Milwaukee, a accordé un but sur balles. Banal ? Non. Car c’était son premier de l’année, après 58 retraits sur des prises. Le meilleur ratio de début de saison de l’histoire.
  • Le 30 juin, les Cubs de Chicago ont marqué sept points dès leur premier tour au bâton. Quatre manches plus tard, ce sont leurs adversaires, les Brewers, qui menaient par sept points. Combien d’autres fois, dans l’histoire, des adversaires se sont échangé des avances de sept points si tôt dans la rencontre ? Aucune, bien sûr.
  • En juillet, le lanceur partant de la Ligue américaine au match des Étoiles, Shohei Ohtani, menait aussi les ligues majeures pour les circuits réussis. Combien de fois – non, ça va, je pense que vous avez compris le concept.
  • Le 11 août, Nick Castellanos, des Reds de Cincinnati, a été atteint deux fois par un lancer. Les deux fois, le frappeur suivant, Joey Votto, a frappé un circuit. Le 13 août, Castellanos a de nouveau été atteint. Votto a de nouveau suivi avec un circuit. Le 20 août, Castellanos a encore été atteint. Devinez quoi ? Eh oui, Votto a encore enchaîné avec un circuit.

5. Le 20 avril, les Devils du New Jersey ont compté six buts – six buts ! – en troisième période. Un record de franchise. Résultat final : une défaite de 7-6 face aux Penguins de Pittsburgh…

PHOTO JOSE JORDAN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Hugo Duro célèbre le premier de ses deux buts dans les arrêts de jeu contre l’Atletico Madrid, le 7 novembre.

4. Le 7 novembre, le substitut Hugo Duro, du Valence CF, est entré dans la partie à la 85minute. Il a compté un but à la 92minute, et un autre à la 96minute, pour permettre à son équipe de soutirer un verdict nul. Quelle était la fiche combinée de tous les clubs de la Liga, dans la dernière décennie, lorsqu’ils tiraient de l’arrière par deux buts dans les arrêts de jeu ? Aucune victoire. Aucune nulle. Un total de 1591 défaites. Bzzzz. Bzzzz. Bzzzz.

PHOTO ELISE AMENDOLA, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

La championne des Internationaux de tennis des États-Unis, Emma Raducanu

3. Emma Raducanu, tombeuse de Leylah Fernandez en finale des Internationaux de tennis des États-Unis, est devenue la première joueuse issue des qualifications à remporter un tournoi du Grand Chelem. Le plus surprenant ? Avant ce tournoi, elle n’avait jamais affronté une seule joueuse classée parmi les 40 premières au monde.

PHOTO MATT MARTON, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Le gérant des White Sox de Chicago, Tony La Russa

2. L’année 2021 fut celle des grands retours.

  • Cristiano Ronaldo, revenu à Manchester United, a marqué son premier but avec les Red Devils depuis 12 ans.
  • Zdeno Chara, de retour avec les Islanders de New York, a remporté sa première victoire avec le club de Long Island depuis 20 ans.
  • Tony La Russa, lui, a repris la barre des White Sox de Chicago. Son club s’est qualifié pour les séries. La dernière fois que La Russa avait atteint les séries avec les Sox ? C’était il y a 38 ans. En 1983. Aucun de ses joueurs cette saison n’était né.

CAPTURE D’ÉCRAN DE TBS

Terrence Gore, lors de sa seule apparition avec les Braves d’Atlanta

1. Le champion le plus improbable de l’année ? Terrance Gore, vainqueur de la Série mondiale. Dans toute l’année, il n’a participé qu’à une seule rencontre avec les Braves d’Atlanta. C’était en quart de finale. Gore n’a pas lancé. N’a pas frappé. N’a pas joué en défense. Son seul fait d’armes ? Il a remplacé un coéquipier comme coureur suppléant – sans même avancer d’un but.

Bzzzz. Bzzzz. Bzzzz. Bzzzz. Bzzzz. Bzzzz.

Puis, votre cerveau ? Il n’a pas encore explosé ? Hé hé. J’avais prévu un plan B. Le court-circuit fatal. C’est toujours à propos de Terrance Gore. L’année précédente, en 2020, Gore a disputé deux matchs. Ou plus précisément, deux manches : une comme voltigeur, une comme coureur suppléant. Les deux fois, il n’a eu absolument aucune incidence sur le jeu. Puis quelques semaines plus tard, son équipe, les Dodgers de Los Angeles, gagnait la Série mondiale.

Terrance Gore a donc remporté deux championnats en deux ans en n’ayant jamais lancé, jamais frappé, jamais attrapé une balle ni même avancé d’un coussin. Après ça, amis lecteurs, si votre cerveau est encore en un morceau, c’est le mien qui explosera !

Sources : Ouest-France, The Strike Out, Peter Baugh, Jayson Stark, SABR, Elias Sports Services, ESPN Stats and Info