(Los Angeles) Les Celtics de Boston et leur impressionnant collectif débutent jeudi à domicile la finale de la NBA qui peut leur permettre de décrocher un 18titre record, face aux Mavericks de Dallas et au flamboyant Luka Doncic.

Franchise historique de la NBA, Boston a l’occasion de repasser devant ses grands rivaux, les Lakers de Los Angeles, co-détenteurs du record de titres de la ligue (17).

Les Celtics espèrent soulever le trophée Larry O’Brien pour la première fois depuis 2008 et le succès du trio Kevin Garnett, Paul Pierce et Ray Allen. Toutes les planètes semblent alignées.

Meilleure équipe de la saison régulière (64 victoires – 18 défaites), ce qui lui offre l’avantage du terrain en finale, Boston a foncé lors des séries éliminatoires avec deux succès 4-1 contre Miami puis Cleveland, avant un coup de balai 4-0 contre Indiana. Plus fort encore, les « C’s » sont restés invaincus à l’extérieur en six matchs.

« Dernière chance »

Armé d’un cinq majeur terrifiant (Jrue Holiday, Derrick White, Jayson Tatum, Jaylen Brown et Kristaps Porzingis), Boston peut aussi s’appuyer sur son expérience, après une défaite en finale en 2022 contre les Warriors de Golden State, puis un crève-cœur en finale d’association l’an passé contre Miami.

« Les gens pensent que l’on est dans la continuité des années précédentes. Mais nous sommes une équipe différente… On a connu trois entraîneurs en cinq ans. Et le temps a passé, on a gagné de l’expérience, je pense qu’on est prêts à donner le meilleur de nous-mêmes », a assuré Jaylen Brown, nommé meilleur joueur de la finale de l’Association de l’Est.

Après la période Brad Stevens (2013-2021), Ime Udoka n’avait tenu qu’une seule saison avant son remplacement par le jeune Joe Mazzulla (35 ans) à l’automne 2022.

Mazzulla a pour mission de mener au titre suprême le duo Jaylen Brown (27 ans) et Jayson Tatum (26 ans), qui a grandi avec l’équipe depuis leurs repêchages en 2016 et 2017.

La seule interrogation à Boston est de savoir si l’équipe est prête à un affrontement âpre en finale, après un parcours « facile », qui ne l’a pas vu jouer contre une seule grande vedette, entre blessures et contre-performances.

« L’Association de l’Est était moins forte que celle de l’Ouest cette année. C’est peut-être leur dernière chance [de titre], je pense qu’ils arrivent au bout de leur fenêtre », a estimé sur BeIN Sports Ryan Rupert, joueur français des Trail Blazers de Portland.

« Grand test »

En finale, les « C’s » vont passer au révélateur de l’incandescent Luka Doncic, patron des Mavericks.

Le magicien slovène, meilleur marqueur de la saison régulière (33,9 points de moyenne), plane pour l’instant au-dessus de cette phase finale (28,3 points, 9,1 passes, 9,6 rebonds), lors de laquelle Dallas, 5e de la saison régulière à l’Ouest, a éliminé trois équipes mieux classées : les Clippers de Los Angeles (4-2), le Thunder d’Oklahoma City (4-2) et les Timberwolves du Minnesota (4-1).

« Chaque série nous a aidés pour la suivante. Boston connaît la finale, ils ont l’expérience, ils tirent très bien à trois points. C’est un autre grand test », a expliqué l’entraîneur des Mavs, Jason Kidd, joueur pour la franchise texane lors de son seul titre en 2011.

Le coéquipier de Doncic, l’expérimenté meneur Kyrie Irving (32 ans, titré avec Cleveland en 2016), affiche lui aussi un niveau exceptionnel (22,8 pts de moyenne).

Il va être attendu par le bouillant public de Boston, après avoir quitté la franchise en mauvais termes en 2019, puis avoir vu la situation empirer en revenant jouer au TD Garden sous le maillot des Nets de Brooklyn (bouteille lancée en sa direction, doigt d’honneur au public, logo piétiné…).

« Je n’étais pas au mieux pendant cette période » à Boston, a expliqué Irving cette semaine. « Bien sûr, je m’attends à une ambiance chaotique, mais j’ai hâte de m’y confronter. Je vois ça comme une relation saine avec les fans. Je pense aux gladiateurs qui doivent gagner la foule. J’aime le silence du TD Garden quand on joue bien. Ils respectent toujours le très bon basketball. »

Ce qui devrait être le cas dès jeudi.

Programme de la finale

  • Jeudi 6 juin (20 h 30) : match 1 à Boston
  • Dimanche 9 juin (20 h) : match 2 à Boston
  • Mercredi 12 juin (20 h 30) : match 3 à Dallas
  • Vendredi 14 juin (20 h 30) : match 4 à Dallas
  • Lundi 17 juin (20 h 30) : match 5 à Boston (si nécessaire)
  • Jeudi 20 juin (20 h 30) : match 6 à Dallas (si nécessaire)
  • Dimanche 23 juin (20 h) : match 7 à Boston (si nécessaire)