Sa mère et sa sœur à ses côtés, son frère en pensée, Bennedict Mathurin est devenu jeudi soir le Québécois repêché le plus tôt de l’histoire de la NBA. Les Pacers de l’Indiana ont fait de lui le 6choix de la séance de sélection.

Mis à jour le 23 juin
Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Élégamment vêtu d’un habit rouge et noir, Mathurin semblait retenir ses larmes quand le commissaire de la NBA, Adam Silver, a annoncé sa sélection au micro. Calmement, le Montréalais s’est levé et a pris, tour à tour, sa mère et sa sœur dans ses bras.

Dans sa courte vidéo de présentation, Mathurin a parlé de son défunt frère Dominique, qui a été happé mortellement par une voiture alors qu’il revenait de l’école à bicyclette en 2014, à l’âge de 16 ans.

C’était mon mentor et celui qui me motivait à jouer au basketball. […] Son rêve était de jouer dans la NBA. Il était un modèle pour moi. J’ai décidé de poursuivre le rêve, moi aussi.

Bennedict Mathurin, à propos de son défunt frère Dominique

En entrevue avec TSN après qu’il a récupéré sa casquette des Pacers, Mathurin a indiqué que son frère demeurait, encore à ce jour, « la raison pour laquelle [il se] lève tous les matins ». « Il voulait que je sois le meilleur. »

« Je sais que mon frère, qui est au paradis en ce moment, était avec moi », a-t-il dit un peu plus tard au micro de RDS. « Je suis vraiment excité, j’ai vraiment hâte. »

PHOTO BRAD PENNER, USA TODAY SPORTS

Adam Silver, commissaire de la NBA, et Bennedict Mathurin

Interrogé pour savoir ce que les Pacers obtenaient en le sélectionnant, Mathurin a répondu instinctivement : « Mon cœur. Ils auront tout de moi. »

Tous les regards sur Mathurin

Né à Montréal-Nord, Bennedict Mathurin n’a pas adopté le parcours typique pour atteindre le sommet. Il a opté pour la NBA Academy de l’Amérique latine, au Mexique, en 2018. Il y a passé deux ans avant de se joindre aux Wildcats de l’Université de l’Arizona, en NCAA Division 1, pour lesquels il évolue depuis deux saisons.

Le nom de Mathurin était sur toutes les lèvres au cours des derniers mois. Le Québécois a connu une saison sensationnelle, maintenant une moyenne de 17,7 points, 5,6 rebonds et 2,5 passes décisives par rencontre. Il a été la bougie d’allumage des Wildcats, qui ont dominé la saison régulière. Ils ont cependant été éliminés plus tôt que prévu dans le « Sweet Sixteen » du March Madness, alors qu’ils étaient pourtant la première tête de série.

Mathurin a néanmoins été choisi pour faire partie de différentes équipes d’étoiles et a multiplié les entrevues en vue du repêchage. Les Pacers faisaient, naturellement, partie des équipes qui l’ont rencontré.

« Je pense que j’ai eu un bon entraînement là-bas, a-t-il dit, toujours à RDS. Je pense que les entraîneurs m’ont vraiment aimé, le personnel m’a apprécié. Ils ont été francs avec moi, ils ne m’ont pas dit ce que je voulais entendre. Ils m’ont dit les choses sur lesquelles je devais travailler et qu’ils allaient m’aider à atteindre mon plein potentiel. »

En Indiana, Mathurin retrouvera d’autres jeunes joueurs comme Tyrese Haliburton et Chris Duarte. « J’ai vraiment hâte de jouer avec eux », a d’ailleurs évoqué l’athlète de 6 pi 6 po et 210 lb. Il évoluera aussi sous les ordres d’un entraîneur de renom en Rick Carlisle, qui se situe au 15e rang de l’histoire pour le nombre de victoires dans la NBA.

Inspirer les jeunes

Mathurin s’ajoute ainsi à la liste des quelques Québécois qui évoluent déjà dans la NBA comme Chris Boucher et Khem Birch (Raptors de Toronto) ainsi que Luguentz Dort (Thunder d’Oklahoma City).

Dans une conférence de presse il y a quelques semaines, Mathurin affirmait vouloir « aider les jeunes à poursuivre le sport à Montréal-Nord ». « Il n’y a personne qui pouvait me dire que faire la NBA était possible plus jeune. »

Et pourtant. Il y est. C’était d’ailleurs exactement ça, son message pour les jeunes montréalais.

« Si tu fais ce que tu as à faire, tout est possible, a-t-il lancé. Il ne faut jamais laisser quelqu’un te dire que tu n’es pas capable de faire quelque chose. Il faut toujours croire en toi. Il n’y a personne qui peut t’empêcher de faire quelque chose outre toi-même. »

Les premiers choix

PHOTO BRAD PENNER, USA TODAY SPORTS

Paolo Banchero

Paolo Banchero, de l’Université Duke, a été le premier choix au total du repêchage de la NBA, qui appartenait au Magic d’Orlando. Chet Holmgren (Oklahoma City), Jabari Smith Jr. (Houston), Keegan Murray (Sacramento) et Jaden Ivey (Detroit) ont ensuite été sélectionnés.