(Toronto) Peu après que Nick Nurse ait rencontré les médias dans le cadre du bilan des Raptors, lundi, l’entraîneur du club torontois planifiait discuter avec le président de l’équipe, Masai Ujiri.

Publié le 2 mai
Lori Ewing La Presse Canadienne

Ils comptaient passer la saison en revue et se pencher sur des questions du genre : Nurse peut-il faire mieux comme entraîneur ? Les joueurs peuvent-ils en donner davantage ? Quels éléments manque-t-il au club ?

Nurse a par ailleurs rejeté complètement les rumeurs l’envoyant diriger les Lakers de Los Angeles.

« Je ne sais pas d’où viennent ce genre de choses, a t-il mentionné. Je me concentre à entraîner cette équipe-ci. »

Nurse a encore deux ans à écouler d'un pacte conclu à l’automne 2020.

Nurse a rencontré les médias pendant 40 minutes, quatre jours après l’élimination en six matchs contre les Sixers, au premier tour.

Une saison où les attentes étaient modestes a quand même bien tourné de façon « excellente », a dit Nurse.

Une jeune brigade a surmonté des blessures et des séjours à l’écart liés à la pandémie, terminant cinquième dans l’Est.

Les Raptors sont allés chercher leur bonne part de grosses victoires, en bonne partie via une mentalité de cols bleus, un héritage notamment de Kyle Lowry, qui est passé au Heat de Miami.

Nurse a hâte de se remettre au travail avec Ujiri, en vue de 2022-23.

« Je suis prêt à revenir dans la course (pour aspirer au championnat), a dit Nurse. Je fais ce travail pour être un gagnant. Masai et moi avons une excellente relation : nous partageons le même but, remporter un titre. »

« La question est, comment on y arrive ? J’ai le sentiment qu’il y travaille chaque jour, comme moi. Avoir ce même objectif, c’est très important pour moi. »

Le Montréalais Chris Boucher va accéder à l’autonomie. Au niveau du repêchage, Toronto n’aura que le 33e choix le mois prochain.

Un groupe assemblé autour de Fred VanVleet et Pascal Siakam a signé 48 gains, dont plusieurs en deuxième portion de saison.

Scottie Barnes a été la recrue de l’année dans la NBA ; d’autres jeunes joueurs ont brillé également, comme Gary Trent et Precious Achiuwa.

« Parfois vous n’êtes pas sûr de ce que ça va donner quand il y a tous ces nouveaux visages, a dit Nurse. Tirer profit de nos joueurs de grandes tailles, faire dévier les passes, saisir les rebonds offensifs, être polyvalents et mobiles en défense-c’était un peu ça notre vision, cette saison.

« Et plus ça avançait, plus les gars ajoutaient des outils à leur arsenal. Ils en sont venus à maîtriser plusieurs choses. »

Barnes a louangé Barnes, repêché quatrième l’an dernier.

« J’ai parlé à son entraîneur (avec Florida State, Leonard Hamilton) et il avait tellement de super bonnes choses à dire à son sujet-son amour du jeu, sa personnalité, à quel point il est un bon coéquipier. J’ai pu constater à quel point c’est vrai. »

Âgé de 20 ans, Barnes a récolté en moyenne 15,3 points, 7,5 rebonds et 3,5 passes. En séries, il a épaulé Siakam comme meneur de jeu, quand VanVleet a raté deux matchs à cause d’une blessure à la hanche.

Nurse a dit qu’il a eu très peu de moments typiques d’un si jeune joueur.

« Ici et là mais souvent, il corrigeait ça avec brio avant la fin du match. Il a été super. Il a un très bel avenir. Sa personnalité rayonne, et il aime vraiment faire partie des Raptors de Toronto. Ce n’est pas surprenant que tellement de gens aiment Scottie. »

Siakam a lui aussi été excellent, redevenant lui-même après un creux qui a commencé dans la bulle, et après avoir surmonté un début de saison en demi-teinte, dans la foulée d’une opération à l’épaule. Son leadership a été salué par Nurse et par ses coéquipiers.

« Ç’a m’a beaucoup surpris cette saison qu’il avait un match de 43 minutes, 30 points et 10 rebonds et le lendemain, le voilà au gymnase à 8 h du matin. J’en étais fatigué juste à le voir aller, a dit Nurse avec le sourire.

« Je disais la même chose à propos de Kawhi (Leonard) : il est conscient de ça ressemble à quoi une journée de travail, pour un joueur qui veut être au niveau supérieur. Et rien ne le fait dérailler de cette mentalité, pas même un match très exigeant. Et tout ça avec le sourire au visage. »

Ujiri va rencontrer les médias mardi matin, au complexe d’entraînement des Raptors.