La NBA a repoussé un autre match en raison de cas de COVID-19, jeudi soir, portant le total à 11 depuis le début de la saison.

Mis à jour le 31 déc. 2021
Tim Reynolds Associated Press

Le match des Warriors de Golden State prévu à Denver a été reporté puisque les Nuggets n’étaient pas en mesure de fournir le nombre minimal de joueurs requis pour commencer la rencontre. L’équipe est affligée par des blessures et par une récente éclosion de cas du virus.

S’ils avaient joué, les Nuggets auraient tout de même été privés de leur entraîneur-chef Michael Malone. Son nom a été ajouté à la liste du protocole de la COVID-19 jeudi, tout comme celui de l’entraîneur des 76ers de Philadelphie Doc Rivers.

L’entraîneur adjoint des 76ers Dan Burke a pris la barre de l’équipe en l’absence de Rivers et il a mené les siens vers une victoire de 110-102 contre les Nets de Brooklyn.

« C’est une belle victoire d’équipe, a mentionné Burke. Je suis content pour Doc et pour ce qu’il a bâti. »

Les autres entraîneurs-chefs de la NBA soumis au protocole sont Frank Vogel (Lakers de Los Angeles), Billy Donovan (Bulls de Chicago), Monty Williams (Suns de Phoenix), Chauncey Billups (Trail Blazers de Portland) et Mark Daigneault (Thunder d’Oklahoma City).

Environ 123 joueurs, ainsi qu’un nombre non dévoilé de membres du personnel des différentes formations, d’entraîneurs adjoints, de statisticiens, d’arbitres et autres étaient tenus à l’écart en raison du virus jeudi soir.

« C’est très éreintant psychologiquement », a avoué l’entraîneur adjoint des Trail Blazers Scott Brooks, qui remplace Billups pendant son absence.

Les Raptors prennent du mieux

La journée de jeudi a toutefois été positive pour certaines équipes. Les Raptors de Toronto, qui ont été durement frappés par le virus ces dernières semaines, ont notamment pu tenir un entraînement avec la plupart de leurs joueurs.

Le garde Fred VanVleet était l’un des joueurs de retour, lui qui vient d’être atteint de la COVID-19 pour une deuxième fois. Son expérience avec la maladie a été similaire à celle de plusieurs autres athlètes qui ont contracté le virus, mais elle n’avait rien avoir avec sa première rencontre avec le virus.

« Ça n’a pas été comme l’an passé, a mentionné VanVleet. C’était une expérience différente, avec des symptômes différents. J’aurai assurément besoin de temps pour retrouver la forme, mais la pente à remonter est beaucoup moins abrupte que la dernière fois.

« J’espère que le pire est derrière moi. Je ne peux pas parler pour les autres, mais ça n’a pas été si pire cette fois. »

Lorsque VanVleet effectuera un retour sur le terrain à Toronto vendredi contre les Clippers de Los Angeles, seulement 1000 partisans pourront le voir en action sur place. Le gouvernement de l’Ontario a limité la capacité des amphithéâtres à 1000 spectateurs pour les grands évènements.

« C’est une situation que nous ne contrôlons vraiment pas, a affirmé l’entraîneur des Raptors Nick Nurse. Je crois que personne ne sait comment s’éloigner du virus, comment l’attraper ou comment ne pas l’attraper. Je crois que tout ça tient un peu du hasard pour tout le monde. Je fais du mieux que je peux, comme nous devrions tous. »

Les Raptors prévoient que la limite de capacité de leur amphithéâtre sera en place pour trois semaines.