Après une longue carrière professionnelle de 12 ans, dont 10 dans la NBA, Joel Anthony est de retour dans la métropole. L’Alliance de Montréal a frappé un grand coup, mercredi matin, en annonçant son embauche comme tout premier directeur général de l’organisation.

Mis à jour le 8 déc. 2021
Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

C’est dans un des gymnases du Collège Dawson, pour lequel Joel Anthony a évolué dans sa jeunesse, que l’équipe de la Ligue élite canadienne de basketball (LECB) a annoncé la nouvelle. En bruit de fond, on pouvait entendre des ballons rebondir dans un des gymnases voisins. À croire que rien n’avait été laissé au hasard.

« L’Alliance de Montréal n’a pas encore une longue histoire, mais c’est avec lui [Joel Anthony] que nous voulons la bâtir », a lancé au micro la vice-présidente de l’Alliance, Annie Larouche.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Annie Larouche, vice-présidente de l’Alliance de Montréal

« C’est ici, à Montréal, que tout a commencé pour Joel, a-t-elle poursuivi. Il est né à Montréal, a grandi et est allé à l’école ici. Sa sœur et lui ont été élevés par une maman monoparentale, qui est rapidement devenue son inspiration. Il connaît la communauté de basketball locale et nous sommes très heureux de son retour à la maison. »

Je suis assurée qu’on a le meilleur candidat.

Annie Larouche, vice-présidente de l’Alliance de Montréal

Le nom de Joel Anthony est bien connu de toute la communauté de basketball montréalaise : l’homme d’aujourd’hui 39 ans est l’un des quelques Québécois à avoir fait carrière dans la NBA. Il a joué 10 saisons dans la grande ligue de 2007 à 2017 avec, entre autres, le Heat de Miami, avec qui il a remporté deux championnats. Des joueurs comme LeBron James, Chris Bosh et Shaquille O’Neal ont fait partie de ses coéquipiers.

L’ex-athlète a ensuite évolué deux ans avec le San Lorenzo d’Almagro, en Argentine, avant de mettre fin à sa carrière professionnelle et de se joindre aux Honey Badgers d’Hamilton dans la LECB en 2020 à titre de consultant au développement des joueurs. Désormais, il mettra ses connaissances à la disposition de la communauté de basketball de sa ville natale.

« Tout au long de mes années de basketball, j’ai vécu des expériences au-delà de mes rêves les plus fous, et j’ai l’impression qu’aujourd’hui, ça se répète », a-t-il indiqué d’entrée de jeu, en français.

« De me retrouver ici après une longue carrière de joueur, d’être un directeur général d’une équipe professionnelle dans ma ville natale et d’avoir la chance de revenir à la maison pour aider avec le développement du basketball est très spécial pour moi et je ne prends pas [ça] à la légère. »

De toute ma carrière, ce qui me rend le plus fier, c’est que j’ai travaillé dur et que j’ai eu des occasions que certaines personnes m’ont données. Je veux faire quelque chose comme ça pour les autres.

Joel Anthony, nouveau DG de l’Alliance de Montréal

Des joueurs du Collège Dawson et des acteurs du basketball au Québec étaient présents pour l’occasion, dont Olga Hrycak, membre du Temple de la renommée du basketball canadien et ancienne entraîneuse de Joel Anthony.

La mère du nouveau directeur général était également sur place, en première rangée. L’ex-joueur lui a d’ailleurs réservé un touchant hommage.

« Je veux remercier ma mère, qui m’a élevé avec l’amour, la discipline et la compréhension des sacrifices, ce qui m’a préparé pour cette aventure, a-t-il laissé entendre. Je ne serais pas ici, devant vous, sans elle. Je suis reconnaissant qu’elle partage ce moment avec moi. »

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le nouveau directeur général de l’Alliance de Montréal, Joel Anthony.

Talent local

Le 27 octobre, l’Alliance de Montréal dévoilait son nom et ses couleurs entre les murs de son domicile, l’Auditorium de Verdun. Elle devenait ainsi la neuvième équipe de la LECB. À ce moment, Annie Larouche avait insisté sur l’importance du talent local, soulignant notamment la croissance exponentielle des inscriptions au Québec depuis le succès des Raptors de Toronto.

« Du talent local, on en a, et on a très hâte de donner l’opportunité à nos Québécois de pouvoir jouer chez eux, devant leur famille et leurs amis », avait-elle dit.

Le nouveau directeur général a lui aussi soutenu vouloir « donner une opportunité aux joueurs locaux qui sont bons d’avoir le choix de jouer pour une équipe à Montréal ».

Je veux trouver les meilleurs joueurs pour l’équipe. Mais le talent local aura priorité.

Joel Anthony

Et où compte-t-il aller chercher lesdits joueurs ? lui a-t-on demandé.

« Partout, a-t-il répondu sans hésitation. Au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Amérique du Sud. Partout. »

Il a d’ailleurs déjà « une petite liste » d’athlètes qu’il compte contacter en temps et lieu. C’est à compter du 1er février qu’il pourra commencer à faire signer des contrats à des joueurs, alors que la saison débutera en mai.

« La première chose, c’est de trouver mon entraîneur, a-t-il soutenu. Avec lui, on va trouver les joueurs qui vont le mieux aider notre équipe. »

Pas une option

Dans la tête d’Annie Larouche, « ç’a toujours été clair, dès le début », que Joel Anthony était l’homme de la situation. Dès le printemps passé, la vice-présidente a pris contact avec l’ex-athlète pour « voir ses intentions ».

« Il était avec les Honey Badgers, mais je voulais aller voir, a-t-elle raconté à La Presse. Je voulais être respectueuse et ne pas aller voler tout le monde ! Mais j’en ai parlé avec John Lashway, le président des Honey Badgers, et il a dit : ‟en apprenant qu’il y avait une équipe à Montréal, je savais que je perdrais probablement Joel”. »

Anthony, lui, savait depuis longtemps que « quand il y aurait une équipe à Montréal, [il serait] là, peu importe le rôle ». « Je voulais être ici pour aider », a-t-il expliqué.

Dès le mois d’avril, Larouche et Anthony ont commencé à se parler à raison d’une fois par mois. Ils se sont ensuite rencontrés en août, à Edmonton, lors du championnat de la LECB.

« Est-ce qu’on avait un plan B, C, D… ? Peut-être, a indiqué Larouche. Je ne dis même pas oui. Joel était le plan A et, ensuite, je tombais au plan ‟si jamais”. »

« Pour moi, ce n’était pas une option de ne pas l’avoir. »

Mark Weightman, gouverneur de l’Alliance

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Mark Weightman

L’Alliance a aussi annoncé la nomination de Mark Weightman à titre de gouverneur de l’équipe. Weightman a travaillé avec les Alouettes de Montréal de 1996 à 2016, notamment à titre de président et chef de la direction. Il a également été vice-président, développement et opérations, du Rocket de Laval de 2018 à 2020. Il est présentement président et chef de la direction des Lions de Trois-Rivières, dans l’ECHL, rôle qu’il gardera en même temps qu’il aidera Annie Larouche dans la gestion des activités de l’Alliance.