Qu’ont en commun Kobe Bryant, LeBron James et Luguentz Dort ? Ils sont les seuls joueurs de 21 ans ou moins à avoir marqué 25 points ou plus lors d’un septième match en séries éliminatoires.

Pascal LeBlanc Pascal LeBlanc
La Presse

Deux sont des légendes de la NBA, alors que le troisième n’était qu’une recrue au moment de réussir l’exploit, le 2 septembre dernier. En fait, Dort a établi une nouvelle marque, ce soir-là, grâce à une récolte de 30 points.

Plus remarquable encore est qu’il n’a pas été repêché. Le Thunder d’Oklahoma City lui a offert un contrat à deux volets dans les heures qui ont suivi le repêchage de 2019 et l’ancien d’Arizona State s’est taillé une place dans la formation de départ au cours de la saison.

Mais ce qui fait que ce record résonne plus que d’autres ici est que Luguentz Dort est québécois. L’un des quatre dans la NBA. C’est le cœur rempli de fierté que les fans de basket de la province ont vu le jeune qui a grandi à Montréal-Nord s’illustrer lors du match le plus important de la saison de son équipe.

Le Thunder s’est incliné, mais la performance offensive de Dort et sa couverture défensive contre James Harden, l’un des meilleurs marqueurs de la ligue, ont retenu l’attention.

Après la rencontre, en point de presse, le garde de 6 pi 3 po (1,91 m) a raconté avec émotions que son parcours a été difficile, mais que la confiance que lui a accordée son équipe lui a permis de connaître une bonne première saison et de briller au moment qui comptait le plus.

C’est sur ces images que s’ouvre l’inspirant documentaire Respekte Nou, de la série 25 ans d’émotions de RDS. Dans une entrevue réalisée à la fin de novembre 2020, Dort revient sur ses commentaires d’après-match.

« J’étais triste, mais en même temps, j’étais quand même content. […] Je voulais dire d’où je venais. Comme je dis toujours, Montréal, c’est une ville d’underdogs [de personnes sous-estimées]. On a vraiment beaucoup de talent et le monde ne le sait pas. Et je veux vraiment que le monde le sache. »

Des efforts sur le terrain et en classe

Réalisée par Philippe-André Moreau, l’émission de près de 30 minutes se concentre principalement – et peut-être un peu trop longuement – sur le développement du jeune athlète avant son arrivée chez les professionnels.

Sa mère, Erline Mortel, parle d’un enfant « hyperactif », qui a d’abord été gardien de but au soccer. Vers la fin du primaire, « un peu tanné de rester dans le but », il s’est rapproché des terrains de basket et a rencontré celui qui allait devenir son meilleur ami, Shawn Barthélémy.

Les deux ont continué à jouer à l’école secondaire Calixa-Lavallée, puis ont intégré le programme des Knights de Parc-Extension, dirigé par Nelson Ossé. Celui-ci souligne que Dort savait à peine jouer à ses débuts, mais qu’« il est persévérant dans tout ce qu’il fait ». « En dedans d’un an, il est passé du 15e joueur à parmi, pas seulement les meilleurs de son équipe, mais les meilleurs de la ligue », indique celui qui est devenu son mentor.

Des difficultés scolaires ont forcé le jeune homme à changer d’école deux fois, d’abord à Édouard-Montpetit, puis à Lucien-Pagé. Alder Pierre, directeur du programme de basket de l’école et ami d’enfance de Nelson Ossé, a pris sous son aile l’athlète prometteur et lui a fait comprendre que son rêve d’une carrière professionnelle passait par le succès scolaire.

PHOTO SUE OGROCKI, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Le 24 février dernier, Luguentz Dort a donné la victoire au Thunder grâce à un tir de trois points à la dernière seconde du match.

« J’ai vraiment eu du fun à grandir à Montréal-Nord »

Tout au long du documentaire, Luguentz Dort et les autres intervenants témoignent de leur amour pour Montréal-Nord. Lorsque Nelson Ossé évoque le mémorable match de 30 points de son protégé, il souligne ceci : « Quand t’ouvres la télévision, tout ce que t’entends de Montréal-Nord, ce n’est jamais à quel point c’est un beau quartier. Ce n’est jamais positif. Pendant une soirée, [Dort], dans sa tête, il représentait Montréal-Nord, et ça, c’est du positif. »

Lorsque la NBA a repris ses activités à Walt Disney World, le 30 juillet dernier, les joueurs pouvaient arborer un message démontrant leur soutien à la communauté noire et à la justice sociale.

Pour celui qui aura 22 ans le 19 avril, le choix était simple : « La communauté haïtienne à Montréal est vraiment grande. Voir un Haïtien dans la NBA, qui est allé au collège, c’est vraiment gros. Ça donne du hope à tout le monde de pouvoir réussir dans la vie. […] Derrière mon chandail, j’avais “Respekte Nou”. C’est juste pour nous faire respecter, nous, les Noirs, les Haïtiens. »

Respekte Nou sera diffusé ce mercredi à 19 h 30 sur les ondes de RDS.