(New York) La NBA a conseillé aux franchises de ne pas procéder à des dépistages du coronavirus sur les joueurs et le personnel ne présentant pas de symptômes, rapporte ESPN vendredi, estimant que c’était inapproprié vu le nombre limité de tests publics disponibles.

Agence France-Presse

« Pour le moment, il n’est pas approprié dans l’environnement de santé publique actuel de tester régulièrement tous les joueurs et le personnel pour le coronavirus », indique le mémo envoyé par l’instance, selon une source anonyme citée par la chaîne sportive.  

Il y a quinze jours, le patron de la ligue Adam Silver avait déjà estimé que les personnels de santé en première ligne, notamment, devaient être « pris en charge bien avant les sportifs ».

Après le test positif du Français Rudy Gobert (Utah) le 11 mars, qui a entraîné la suspension immédiate de la saison, plusieurs équipes ont trouvé le moyen, notamment par le biais de laboratoires privés, de soumettre leurs joueurs et staff à des dépistages de la COVID-19.  

La NBA critiquée

La NBA a été critiquée pour avoir procédé à ces tests, alors que la très grande majorité de la population aux États-Unis peine à y avoir accès. Encore aujourd’hui, le nombre de tests disponibles reste bien en deçà des niveaux recommandés par les experts de santé.

Un tel déficit de tests devra être comblé avant que la NBA puisse à son tour obtenir les kits indispensables à une éventuelle reprise de la saison. ESPN affirme que la ligue s’attend à avoir besoin de 15 000 tests.

En attendant, une première étape vers un retour très progressif au basket pourrait avoir lieu à partir de vendredi prochain, date à laquelle certaines franchises pourraient avoir le feu vert de la NBA pour rouvrir leurs centres d’entraînement si elles se trouvent dans des États dont les directives le permettent.

Seuls quatre joueurs à la fois seront autorisés dans les installations et uniquement pour des séances individuelles.