(Toronto) Le président des Raptors de Toronto, Masai Ujiri, soutient avoir été agressé par un policier avant une altercation entre les deux hommes à l’Oracle Arena, à Oakland, lors de la finale de la NBA, l’an dernier.

La Presse canadienne

Dans un document remis à une cour de district de la Californie, jeudi, Ujiri prétend qu’Alan Strickland l’a agressé, « le poussant avec force une fois, puis deux fois », alors qu’Ujiri tentait de se rendre sur le terrain à la suite de la victoire décisive des Raptors lors du match numéro 6 face aux Warriors de Golden State.

Le document, déposé conjointement par Ujiri, les Raptors et le groupe propriétaire Maple Leafs Sports & Entertainment, sert de réponse à une poursuite intentée en cour civile le mois dernier par Strickland. Ujiri soutient avoir bousculé Strickland seulement après le contact initial.

Pour leur part, Strickland et son épouse, Kelly, souhaitent obtenir 75 000 $ US en dommages, ainsi que d’autres compensations dont des dommages punitifs, le salaire perdu et les coûts légaux.

Strickland soutient avoir subi des « blessures à la tête, au corps ». Il dit aussi que son état de santé général a été affecté en raison des « dommages mentaux, physiques, émotifs et psychologiques » provoqués par l’incident.

Ujiri, les Raptors, MLSE et la NBA, qui a aussi déposé un document au tribunal jeudi, sont nommés comme les défendeurs dans la poursuite intentée par Strickland. Aucune allégation n’a été prouvée en cour.

Tous les défendeurs ont demandé un procès devant jury dans leur réponse.

« C’est un choix malicieux, avait dit Ujiri le mois dernier. Je trouve ça incroyable d’en être rendu là. Je pense qu’on m’a privé de quelque chose et je ne l’oublierai jamais. C’est une des choses qui me motive à gagner un autre championnat parce que je veux avoir l’occasion de le célébrer de la bonne manière.

« Quand la poussière retombera, la vérité sera connue. On finit toujours par connaître la vérité. »