(San Antonio) Becky Hammon aurait préféré une victoire à l’histoire après être devenue la première femme à diriger une équipe de la NBA.

Raul DomingueZ
Associated Press

L’entraîneure-adjointe a pris les commandes des Spurs de San Antonio au deuxième quart après l’expulsion de Gregg Popovich dans une défaite de 121-107 contre LeBron James et les Lakers de Los Angeles mercredi soir.

« J’essaie de ne pas penser au portrait global et à la grande signification (de cette situation) parce que ça peut être impressionnant », a déclaré Hammon.

« Je n’ai vraiment pas eu le temps de m’y arrêter. Je n’ai pas eu le temps de regarder mon téléphone. Donc, je ne sais pas ce qu’il se passe à l’extérieur du AT&T Center. »

Hammon et les Spurs faisaient déjà face à une lourde tâche en affrontant les champions en titre de la NBA.

James a souligné son 36e anniversaire de naissance en amassant 26 points, huit aides et cinq rebonds.

Les deux équipes compléteront leur série de deux matchs en trois soirs ce vendredi.

« J’essayais d’envoyer les gars dans les bons contextes », a expliqué Hamon. « J’essayais de les motiver. Évidemment, il s’agit d’un apprentissage pour chacun de nous, mais j’aurais aimé quitter le terrain avec une victoire. »

Popovich a été expulsé par l’arbitre Tony Brown avec 3 : 56 à jouer au deuxième quart. Popovich a crié en direction de Brown et a marché sur la surface de jeu après que Brown n’eut pas appelé de fautes à la suite d’un tir en foulée de DeMar DeRozan, et après la tentative de Drew Eubanks de récupérer le rebond.

Au moment où il quittait le terrain, sous les applaudissements de plusieurs membres des familles des joueurs assis dans les gradins, Popovich a pointé Hammon du doigt et lui a servi un court message.

« C’est ton tour », a relaté Hammon. « Vous voyez ? Il ne nous traite pas différemment que vous », a-t-elle ajouté, aux journalistes.

« De toute évidence, elle a fait ses preuves au cours des dernières années et “Coach Pop” lui a donné l’opportunité », a déclaré James.

« C’est une belle chose que de l’entendre donner ses directives. Elle est une grande passionnée de ce sport. Félicitations à elle et félicitations à notre ligue. »

Hammon a géré les caucus d’équipe pendant les temps d’arrêt et a sillonné la ligne de côté à la suite de l’expulsion de Popovich.

Hammon était déjà la première femme à occuper un poste d’entraîneure-adjointe à temps plein dans l’histoire de la ligue.

« C’est bien mérité », a commenté l’entraîneur-chef des Lakers, Frank Vogel.

« Je lui ai parlé dans le passé et elle connaît vraiment son affaire. Ce n’est pas pour rien qu’elle est là. Elle a des outils, elle est intelligente et les joueurs ont beaucoup de respect pour elle. Un jour, elle deviendra une grande entraîneure. »

Après une belle carrière à l’Université Colorado State, Hammon a joué avec le Liberty de New York et les Stars de San Antonio, dans la WNBA, et en Europe. Elle a pris sa retraite pour se joindre au groupe d’entraîneurs de Popovich en 2014.

« Même lors des temps d’arrêt avec “Pop” au poste, elle réagit rapidement », a affirmé DeRozan.

« Elle nous parle des rôles en défensive, des stratégies offensives que nous devrions employer. Avec elle à l’avant-scène, c’aurait vraiment été bien de gagner pour elle. »