(Los Angeles) Les stars de la NBA attendront leur tour avant de se faire vacciner contre la COVID-19, a assuré lundi Adam Silver, le commissaire de la ligue, dont la saison 2020-2021 débute mardi.

Agence France-Presse

« Il est hors de question qu’on passe devant les autres. Nous attendrons notre tour pour l’accès au vaccin », a déclaré Adam Silver lors d’une conférence téléphonique.  

« J’espère que lorsque nous serons éligibles, les membres de la NBA voudront se faire vacciner », a-t-il ajouté, comprenant qu’on puisse hésiter voire refuser de le faire. « À ce titre, nous souhaitons nous impliquer dans les campagnes de service public pour encourager les gens à y avoir recours », a-t-il ajouté.

Contrairement à la saison passée, finie dans la bulle hermétique de Disney World en Floride après plus de quatre mois d’interruption due à la pandémie, celle qui s’ouvre, longue de 72 matchs, verra les équipes jouer à domicile et à l’extérieur.

« Pourquoi commencer la saison maintenant, étant donné l’état de la pandémie ? La réponse courte est que nous sommes à l’aise avec les protocoles de santé et de sécurité que nous avons conçus en consultation avec le syndicat des joueurs et nos experts médicaux », a-t-il expliqué.

Les équipes devront tout de même voyager à plusieurs reprises au cours des prochains mois. Le risque pour les joueurs et staffs d’être exposés au virus sera donc augmenté, d’autant que la pandémie n’a jamais été aussi galopante aux États-Unis.

Des « obstacles » anticipés

Et Adam Silver s’attend à ce que la saison ne soit pas un long fleuve tranquille. « Nous sommes convaincus que nous pouvons la mener à bout. Si nous ne l’avions pas été, nous ne l’aurions pas lancée. Cependant, nous savons qu’il y aura des obstacles en cours de route. C’est pourquoi nous n’avons publié que le calendrier de la première moitié de saison (jusqu’au 4 mars, NDLR), car il est possible que nous devions reporter des matchs. »

À ce jour, six salles ont été autorisées à accueillir un public en nombre très réduit, les 24 autres se voyant imposer le huis clos par les autorités sanitaires locales.

Adam Silver a confié que le retour des fans restait une « grande priorité ». « Mais tant que la vaccination n’aura pas été massivement effective, il est peu probable que nous retrouvions des salles pleines », a-t-il concédé, précisant que si le huis clos devait perdurer toute la saison, en résulterait une baisse de 40 % des revenus globaux de la NBA.

Pour commencer, deux premiers matchs se joueront sans public mardi, le choc Brooklyn-Golden State et le duel « angeleno » entre les Lakers, champions en titre, et les Clippers.

Enfin, interrogé sur la possibilité que les joueurs persistent à s’agenouiller pendant l’hymne américain, en soutien au mouvement Black Lives Matter comme ce fut le cas dans la bulle au plus fort de la lutte contre l’injustice raciale, Adam Silver a dit espérer que « ce rituel national ne soit pas quelque chose de perdu ».

« Il y a très peu de choses qui nous rassemblent ces jours-ci. Je m’attends à ce que nous renouions avec cette tradition consistant à rester debout », a-t-il poursuivi, tout en excluant « toute sanction disciplinaire » dans le cas contraire.