(New York) Les audiences des quatre premiers matchs de la finale NBA se sont effondrées par rapport à l’an dernier, résultat principalement d’un calendrier bousculé par la pandémie, qui fait se télescoper les évènements sportifs comme jamais.

Agence France-Presse

Le troisième match de la série opposant les Lakers de Los Angeles au Heat de Miami n’a réuni que 5,9 millions de téléspectateurs aux États-Unis, un record depuis que les matchs de la finale ont commencé à être diffusés systématiquement en direct, en 1982.

Aucun des quatre premiers matchs de cette finale n’a dépassé les 8 millions de téléspectateurs, ce qui les classe aux quatre plus mauvaises audiences de l’ère moderne.

Politisation de la NBA ?

Plusieurs élus républicains et commentateurs conservateurs ont immédiatement attribué cette dégringolade à ce qui correspond pour eux à la politisation de la NBA.

Après un dialogue avec ses joueurs, la ligue de basket nord-américaine a choisi de faire figurer les mots « Black Lives Matter » sur ses parquets cette saison.

Elle a aussi permis aux joueurs d’inscrire des messages civiques sur leurs maillots à la place habituelle de leur nom.

La NBA cherche sciemment à : 1) insulter ses fans; 2) transformer chaque match en leçon de politique de gauche. C’est stupide.

Le sénateur républicain Ted Cruz

Fin août, le président Donald Trump lui-même avait prévenu que l’activisme de la NBA allait finir par « détruire le basket ».

« Forte concurrence »

Mais pour Patrick Crakes, consultant et ancien cadre du réseau Fox Sports, la chute des audiences tient avant tout à la « forte concurrence » à laquelle fait face la NBA.

Fait sans précédent dans l’histoire des sports majeurs américains, les quatre ligues majeures, NBA, MLB, LNH et NFL ont joué en même temps en septembre.

La course hippique Preakness Stakes, très renommée et qui ne peut pas être taxée d’activisme, a vu son audience amputée de 55 % samedi dernier.

Tous les évènements sportifs des dernières semaines ont enregistré des baisses sensibles.

La NBA a aussi dû faire face à la concurrence de Donald Trump, dont le coronavirus a chamboulé le week-end et monopolisé l’attention.

Mardi soir, avec un président de retour à la Maison-Blanche, les audiences de la partie No 4 se sont redressées, à 7,54 millions de téléspectateurs.

Lors d’un entretien à la chaîne ESPN dimanche, le patron de la NBA, Adam Silver, a renouvelé l’engagement de la ligue pour la justice sociale et l’égalité raciale, mais a indiqué s’attendre à « un retour à la normale » la saison prochaine, avec moins de messages visibles à l’antenne.

« Je comprends les gens qui disent : je suis avec vous, mais je veux voir un match de basket », a dit Adam Silver.