Des photos des médias sociaux et des louanges de coéquipiers suggèrent que Marc Gasol, des Raptors de Toronto, va entamer la relance de la NBA en bien meilleure forme qu’il y a quatre mois.

Lori Ewing
La Presse canadienne

L’Espagnol n’a pas discuté avec les journalistes depuis que la COVID-19 a mis la saison en pause, à la mi-mars.

Mais récemment, l’entraîneur Nick Nurse s’est penché sur sa transformation.

« Je lui ai demandé comment il a fait et il m’a répondu : la constance, a dit Nurse au terme d’un entraînement à Disney, dimanche.

« La mise en forme et la nutrition, ce n’était pas évident ces quatre derniers mois. Pour lui, la clé a été de garder un horaire régulier pour manger et manger très sainement, dans son cas. »

Gasol a aidé son pays à remporter la Coupe du monde en septembre. Une élongation à l’arrière de la cuisse lui a coûté 28 matchs, cette saison, mais il en est rétabli.

« Au niveau des habiletés, c’est remarquable aussi. Je ne vois pas de problème pour ce qui est d’être en forme », a confié l’entraîneur.

L’athlète de 35 ans devait parler avec les médias, dimanche, mais un entraînement terminé plus tôt que prévu a changé les plans.

Nurse a demandé à ses joueurs d’évaluer comment ils se sentent et de rentrer plus tôt à l’hôtel, s’il y a de la fatigue.

Pour les Raptors, la première compétition en plus de quatre mois sera un match amical contre Houston, le 24 juillet.

Leurs huit matchs de classement commenceront le 1er août, face aux Lakers.

Un Gasol en santé serait un atout de taille pour les champions en titre.

« J’adore ça, il est déjà en mode séries, a dit la recrue Terence Davis, au sujet de Gasol. Il a l’air en grande forme, il se déplace très bien. »

Si les Raptors se rendaient en finale, ça voudrait dire d’être dans la bulle jusqu’au début d’octobre. Et ce n’est pas avant le deuxième tour qu’il sera permis d’accueillir la famille.

Voulant rendre le séjour un peu plus chaleureux, le club a fait encadrer des photos de famille, placées dans les chambres d’hôtel des joueurs.

Dans la chambre de Davis, il y en a une de son petit garçon Hasaan, qui vient d’avoir un an, et une de sa famille à un match universitaire.

« C’est très significatif. C’est vraiment un beau geste de l’organisation, a mentionné Davis. C’est sûr que je m’ennuie de mon garçon, à tous les jours. Mais plus tard il va comprendre ce que son papa fait comme travail. »

Nurse a passé la grande majorité de son temps à l’hôtel et au terrain d’entraînement. Il a pris un chemin différent à l’extérieur pour se rendre à la salle de repas, mais c’est tout.

« Je ne pense pas me promener trop trop, honnêtement, a t-il dit. L’entraînement et rentrer à l’hôtel, ça me va. »

Les Raptors coordonnent leurs entraînements via des blocs de trois heures qui diffèrent d’un jour à l’autre.

Être prêts à différents moments fait partie de la nouvelle normale, estime Nurse.

« Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que tout soit structuré parfaitement, a t-il dit. On doit l’accepter et une façon de réussir, c’est en étant flexibles et ouverts d’esprit. »