Les joueurs de la NBA verront leur salaire réduit de 25 % à compter du 15 mai, premier impact direct de la pandémie de COVID-19 sur leurs revenus.

Tim Reynolds
Associated Press

La décision a été entérinée vendredi par le Bureau des gouverneurs du circuit, de concert avec l’Association des joueurs de la NBA (NBPA).

Les joueurs seront payés à 100 % le 1er mai. Cette coupure des salaires était attendue depuis un certain temps en raison de la suspension des activités du circuit, le 11 mars dernier. La saison aurait pris fin mercredi, mais 259 matchs restent toujours à jouer. Aucun n’a été officiellement annulé jusqu’ici.

Le commissaire Adam Silver a indiqué que la ligue étudiera différents scénarios, alors qu’elle tente de trouver une solution pour terminer la saison. Les facteurs importants à suivre afin de prendre une décision sont notamment le taux d’infection à la COVID-19 à travers les États-Unis, la disponibilité de tests de dépistage de masse et les progrès vers la création d’un vaccin efficace.

« Tous les propriétaires sont dans cette business parce qu’ils adorent ce sport, a rappelé Silver. Ils aiment la compétition, et c’est la même chose pour les joueurs. Mais nous parlons ici de vies humaines et ça surpasse les autres enjeux dont nous parlons. »

Les séries éliminatoires auraient dû prendre leur envol samedi. Si aucun des 259 matchs n’est repris, les joueurs perdront environ 800 millions US en salaires bruts.

De réduire les salaires de 25 % sur les chèques émis le 15 mai – et probablement le 1er et le 15 juin, si le jeu ne reprend pas – équivaudrait à 40 millions de pertes pour les joueurs lors de chaque période de paie.

Cette réduction salariale est en prévision des mesures de « forces majeures » prévues à la convention collective pour des circonstances imprévisibles, comme des épidémies ou des pandémies. Selon la convention, les joueurs peuvent perdre 1,08 % de leur salaire pour chaque match annulé.

En retenant ces sommes maintenant, l’impact sera moins brutal sur les joueurs si les matchs sont annulés plus tard.

De son côté, Silver a rappelé que l’arrêt des activités signifiait que « les revues sont essentiellement à zéro. Ça représente un impact financier énorme sur les entreprises gérant les équipes et les arénas. »

Vers la fin mars, un total de 10 cas positifs à la COVID-19 avait été rapporté à travers la NBA. Silver a admis que d’autres joueurs avaient depuis subi des contrôles positifs, mais que « nous ne les rapportons plus, par respect pour la vie privée » des joueurs touchés.

Silver a aussi insisté pour dire qu’il n’y avait pas d’échéance concernant l’annulation de matchs ou de la saison.