Le fossé entre la NBA et la Chine a semblé se creuser de nouveau, vendredi, dans la foulée du tweet du directeur général Daryl Morey des Rockets de Houston en soutien aux manifestants anti-gouvernementaux à Hong Kong.

Tim Reynolds
Associated Press

Au lendemain d’un commentaire du commissaire de la NBA, Adam Silver, selon lequel les autorités chinoises ont exigé le congédiement de Morey, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a affirmé aux journalistes qu’aucune demande en ce sens n’avait été faite par le gouvernement. Il s’agit du dernier chapitre d’une saga vieille de deux semaines à la suite du tweet de Morey qui a été rapidement supprimé, mais qui a considérablement détérioré la longue relation entre la NBA et la Chine.

« J’avais le sentiment que nous avions fait d’énormes progrès pour bâtir des échanges culturels avec le peuple chinois, a révélé Silver, jeudi, lors d’une conférence de presse dans le cadre d’un congrès sur la santé organisé à New York par le magazine Time. Encore une fois, je regrette que nous ayons perdu une bonne partie de ce travail. Et je ne sais même pas dans quelle direction nous allons à compter de maintenant. »

Cet avenir semble encore plus sombre désormais.

Au cours de la même intervention, Silver a prétendu que le gouvernement chinois avait demandé à la NBA le congédiement de Morey.

« Nous avons répondu qu’il n’était pas question que cela se fasse, ni même de le sanctionner », a dit Silver.

Mais vendredi, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Geng Shuang a répliqué en affirmant que « le gouvernement chinois n’a jamais posé cette exigence ». M. Geng avait précisé la semaine dernière que la NBA « savait mieux que quiconque » comment réparer la relation avec les Chinois, sans toutefois fournir de détails.

La Ligue et LeBron James, l’une de ses plus grandes vedettes, ont été vivement critiqués par certains élus américains pour la perception selon laquelle ils cédaient devant le régime chinois. Morey n’a pas été réprimandé publiquement par la ligue et Silver a déclaré que la ligue soutiendrait sa liberté d’expression.

PHOTO UMIT BEKTAS, REUTERS

La NBA et LeBron James ont été vivement critiqués par certains élus américains pour la perception selon laquelle ils cédaient devant le régime chinois.

« Nous voulions faire clairement savoir que les valeurs de la NBA, les valeurs américaines — nous sommes une entreprise américaine — voyagent avec nous partout où nous allons, et l’une de ces valeurs est la liberté d’expression, a mentionné Silver. Nous voulions nous assurer que tout le monde comprend que nous soutenons la liberté d’expression. »

Les Rockets ont suscité un énorme intérêt en Chine, en grande partie à cause de Yao Ming — la vedette chinoise qui a passé toute sa carrière dans la NBA à Houston. Yao est maintenant le président de l’Association chinoise de basketball, qui a suspendu ses liens avec les Rockets à cause du tweet.

Morey n’a pas commenté publiquement depuis qu’il a tenté de clarifier sa position dans deux tweet, le 6 octobre.