Les Rays de Tampa Bay ont dévoilé mardi un plan élaboré pour la construction d'un nouveau stade couvert qui les verrait emménager dans le secteur Ybor City de Tampa pour un coût de près de 900 millions $ US.

Dick Scanlon ASSOCIATED PRESS

Le stade de 32 000 places serait le plus petit des Ligues majeures et serait recouvert d'un toit entièrement clos et translucide, et non d'un toit rétractable.

Stuart Sternberg, principal propriétaire des Rays depuis 2005, a qualifié le plan de « rupture dramatique avec le passé » et a qualifié le projet comme étant la dernière tentative de l'équipe de s'engager à long terme dans la région.

« C'est la meilleure occasion de rester ici à Tampa, au coeur de la région de Tampa Bay, a déclaré Sternberg. Nous croyons que le baseball peut non seulement survivre, mais aussi prospérer ici à Tampa, avec toute la croissance qui nous attend. »

Les Rays se sont toujours classés près de la cave au chapitre des assistances au Tropicana Field de St. Petersburg, à environ 32 kilomètres du nouveau site proposé.

Aucun plan n'a été révélé concernant le financement du stade. Les Rays, qui en sont à leur 21e saison dans la Ligue américaine, ont fait l'annonce du projet en partie pour solliciter le soutien des entreprises.

« Le test commence quand les gens voient cela, a expliqué Matt Silverman, le président du club. Si les gens appuient cette vision - à quoi peut ressembler notre stade et comment il peut contribuer à l'épanouissement d'Ybor City. Si nous sommes sur la même page, nous avons une meilleure chance de comprendre le projet. »

Melanie Lenz, directrice du développement des Rays, a calculé que le « coût total du projet » s'élevait à 892 429 823 $, dont 30 pour cent s'appliquent au toit.

Sternberg a déclaré qu'il s'attendait à voir les Rays jouer au Tropicana Field pendant au moins quatre ou cinq ans, alors que le nouveau stade serait prêt dans le meilleur des cas pour la saison 2023.

« Je pense que vous envisagez une préparation de quatre à cinq ans, dont 36 mois sur le côté de la construction, a déclaré le maire de Tampa, Bob Buckhorn. Est-ce que ce stade représente un cas de vie ou de mort? Non. Nous allons bien nous en sortir avec ou sans ce stade, mais j'aimerais bien l'avoir. »