(San Diego) Fernando Tatis fils est déjà le sujet des conversations du côté de San Diego.

Publié le 18 févr. 2021
Bernie Wilson Associated Press

L’arrêt-court électrisant et les Padres ont convenu mercredi d’un accord de 340 m $ sur 14 ans, selon deux personnes familières avec la situation.

« Il y a beaucoup d’excitation ici, a dit le gérant Jayce Tingler dans une vidéoconférence venant de Peoria en Arizona. où se déroule le camp des Padres.

« Ouf ! C’est beaucoup d’argent, a dit le releveur nouvellement embauché Mark Melancon. Son énergie est formidable. Vous pouvez voir comment ça dynamise l’équipe.

« D’après tout ce que j’ai entendu, c’est un gars formidable, qui a une bonne tête sur les épaules. »

Les deux personnes ont confirmé les détails à l’Associated Press sous couvert d’anonymat, car l’accord n’a pas été annoncé.

Il s’agit du contrat à la plus longue durée de l’histoire du baseball majeur.

Giancarlo Stanton, maintenant avec les Yankees, a signé un accord de 325 m $ sur 13 ans avec Miami en 2015. Bryce Harper a signé un accord de 330 m $ sur 13 ans avec Philadelphie en 2019.

Le plus gros accord en dollars reste les 426,5 m $ de Mike Trout-un contrat de 12 ans signé avec les Angels, en 2019.

Au niveau des procédures de santé et sécurité, il faudra de 24 à 48 heures pour que Tatis puisse arriver au complexe des Padres, en vue d’un test médical.

« Ce qui se voit le plus facilement est son talent, a déclaré Tingler. La façon dont il court, dont il se déplace, sa puissance au bâton, sa capacité à cogner la balle un peu partout.

« Aussi l’éthique de travail, le voir s’améliorer constamment dans de nombreux domaines, certainement en défense. »

Tatis, 22 ans, est devenue une superstar en moins de deux saisons complètes avec les Padres.

Il a une moyenne de ,301 avec 39 circuits, 98 points produits et 27 buts volés, en 143 matchs.

Il a aidé San Diego à mettre fin à une disette de 13 ans sans présence en séries. Le club a écarté St. Louis avant d’être balayé par les Dodgers, l’an dernier.

Originaire de San Pedro de Macoris, une pépinière d’arrêt-courts, le Dominicain se démarque par son flair, son large sourire, ses « dreadlocks », son uniforme sali par un style intense et ses danses dans l’abri, après avoir frappé des circuits.

Tatis a d’ailleurs des ententes de commandite avec Gatorade, Adidas et BMW.

Son père a joué 11 saisons dans les grandes ligues dont un passage avec les Expos de Montréal, de 2001 à 2003.